Par un beau samedi du mois d’aout, avec une belle brise rafraichissante scandant nos pas, nous nous sommes aventurés en début de journée dans la forêt des cèdres de Hadath El Jebbé au Liban Nord, classée réserve naturelle selon la loi libanaise.

Une escapade volontaire loin de la pollution putride des villes de la côte, en quête d’un peu d’air frais. L’entrée fut paisible, un vrai lot de vitamines pour les yeux, les oreilles et les poumons : une flore variée à souhait sous un ciel bleu pur, le chant des oiseaux et les crissements des feuilles sous nos pieds, et l’odeur de la terre et du bois des cèdres qui nous remplit agréablement les narines.

La forêt des Cèdres de Hadath el Jebbé

Sur le chemin du retour, le même emprunté deux heures auparavant, une odeur désagréable se laissait deviner. De prime abord, nous avons cru qu’un troupeau de moutons ou de chèvres était passé par là. Mais plus on avançait, et plus l’odeur devenait insupportable, loin d’être celle des matières fécales animales. Puis, le constat devint clair : le sentier était humide, avec une substance de couleur noirâtre par-dessus ce liquide qui mouillait la terre. Il suffisait de diriger nos regards légèrement plus haut pour comprendre davantage. Un restaurant libanais, installé en plein cœur de la réserve pour accueillir les g(oinfres)ourmands chaque dimanche, n’hésitait pas en toute impunité, de lâcher son buffet digéré par ses adeptes, lorsque tout est vide et qu’il n’y a plus personne pour le désigner du doigt.

A qui la faute ? Est-ce une erreur ? Est-ce volontaire ? Est-ce la faute au restaurant qui ne fait pas d’effort pour s’occuper correctement de ses égouts ou est-ce à la base la faute à la municipalité qui ne semble pas comprendre suffisamment ce qu’est qu’une réserve naturelle pour donner un permis à un restaurant en plein cœur de cette réserve ?

Quel est le but premier de l’Homo Libanicus dans ce pays ? Se permettre tout et n’importe quoi pour se remplir les poches et la panse aux dépends de tout, en pipaillant son abominable narguilé par-dessus le marché ? Aux dépends du pays, de la nature, de son patrimoine et même de sa propre santé ?  Qu’enseigne-t-on dans ces établissements scolaires depuis des décennies où les parents payent des scolarités qui coûtent les yeux de la tête pour avoir des générations aussi incultes, barbares et loin d’être civilisées ?

Quelques jours plus tard, et pour le prestige et la renommée du village ou du restaurant, si et toutefois si cet article sera lu, on marmonnera quelques explications qui ne tiennent pas debout pour démentir ou justifier ou que sais-je. Qu’importe. Mais il y a une réalité : on patauge dans la merde dans la forêt de Hadath el Jebbé … l’odeur y est insupportable … Les prémices d’une catastrophe écologique et sanitaire. On commet un crime impardonnable contre les ressources naturelles et la biodiversité d’un des plus beaux endroits au Liban où quelques milliers de cèdres tentent envers et contre tout de subsister, pour qu’on puisse encore appeler ce bled : le pays des cèdres éternels.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Article mis à jour:

2 Commentaires

  1. Mon cher Antoine,
    Je pense que nous avions quitté le pays en même temps et pour la même destination.Je constate comme vous le même désarroi et le même dégout.La dernière fois où je suis revenu au Liban (il y a deux ans) j’ai failli jurer que je ne revienne plus.Mais le sentiment qu’on a pour ce petit pays est plus fort que tout.Mais revenons à l’incivilité.J’ai constaté que les mentalités sont revenues 100 ans en arrière.On fait semblant d’être civilisé et on en est loin.On jure que par sa communauté et ses intérêts personnels et de son clan.
    Vivement qu’on inspire des expatriés roumains qui, ces derniers temps ,se sont donnés RDV à Bucarest pour se manifester contre les politiques pourris.Peut être un jour il faudra le faire….Avec mes salutations

  2. Plus rien d’étonnant dans ce pays de ! Tout est à l’avenant de tout un chacun car ceux qui pestent pour un avenir meilleur sont eux aussi responsables de cette catastrophe à la libanaise . Je crois qu’il n’y a plus d’espoir ni d’avenir pour ceux qui espèrent encore voir un soupçon d’amélioration .

    Pour l’anecdote , j’achète aux cèdres un petit plan certifié « cèdre du Liban » pour le planter dans mon jardin en France et me voilà avec un sapin de je ne sais pas d’où, emballé comme il le faut pour que le client ne découvre pas la vérité . Voilà le Liban que j’ai quitté il y a 50 ans et où je ne reviendrais que pour voir ceux qui me restent comme « petite famille ».
    Courage pour ceux qui luttent comme les moulins à vent !

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.