Au menu de la presse internationale, Donald Trump menace l’Iran de représailles en cas de représailles à l’assassinat du général Qassem Souleimani, notamment en menaçant certains sites d’importance culturelle pour Téhéran.

52 sites, soit, comme il le souligne lui-même, le nombre d’otages américains lors de la Crise des otages américains en Iran, dont on connait la suite.

Des étudiants iraniens montent à l’ambassade américaine à Téhéran, 4 novembre 1979

Jimmy Carter a perdu les élections américaines en raison de l’échec d’une opération militaire visant à les libérer et Ronald Reagan qui aurait négocié leur libération, alors qu’il n’était pas encore président des Etats-Unis, contre le transfert d’armes américaines à Téhéran dans le cadre l’Affaire Iran-Contra, sera élu. Ils seront ainsi libérés le jour de l’investiture de ce dernier.

Certains de ces sites iraniens “sont de très haut niveau et très importants pour l’Iran et pour la culture iranienne

Que signifie donc des sites importants pour la culture iranienne? Evoque-t-il la tombe de Khomeini? Qu’on laisse dormir les morts en Paix.

Ou encore le site de Persépolis?

Cependant, la culture en Iran appartient au Monde et non seulement à Téhéran, il s’agit aussi d’un des berceaux de notre civilisation et qui a été impliqué dans notre histoire. Que serait la Bible sans, par exemple Salomé, soeur d’Hérode le Grand, qui elle, prétendait descendre d’Alexandre le Grand par son père, et des grands rois de Perse par sa mère.

Le Moyen-Orient est donc un espace où la culture, les mythes et les légendes sont toutes mélangées, comme en témoignent les artéfacts présents même au Musée National de Beyrouth, où l’on retrouve influences égyptiennes comme les statues retrouvées à Byblos, perses, parthes comme les taureaux du site archéologique du Temple d’Eschmoun, grecques, romaines, byzantines, arabes, turcs, etc…

Si cela s’avère être vrai, ces sites d’importance sont aussi pour le patrimoine mondial de l’Humanité. Ces menaces sont d’autant plus graves que le Monde Chrétien s’apprête à célébrer l’Epiphanie et donc la visite des Rois Mages au Christ. Il serait bon de rappeler au Président Américain, que l’un d’entre eux, selon St Mathieu, Melchior, venait de Perse. Ces derniers se présenteront d’abord à Jérusalem faire savoir qu’ils recherchent le “roi des Juifs qui vient de naître” causant le trouble auprès du roi Hérode, en ayant déjà évoqué Hérode, et des habitants de Jérusalem, alors sous protectorat romain. 

Représentation du massacre des Innocents au verso du folio 15 du codex Egberti (manuscrit du xe siècle).(source photo: Wikipedia)

C’était Melchior qui offrit l’Or permettant de reconnaitre la Royauté du Christ. Quant à Hérode, il sera accusé du massacre des Innocents.

L’Histoire se répète étrangement. À la place de l’Empire Romain, un autre empire, les Etats-Unis, Israël et la Perse sont également présents.

Cependant, contrairement à la Pax Romana, les Etats-Unis n’ont jamais su imposer une Pax Americana dans la région, en dépit de l’espoir suscité alors par le Processus de Madrid dans les années 1990. Pire encore, depuis maintenant 20 ans, ils continuent à alimenter les conflits régionaux avec pèle-mêle, la guerre d’Irak de 1991 ou de 2003, le financement d’entreprises de déstabilisations, comme aussi de certains partis politiques au Liban même, un milliard de dollars ainsi dépensé lors des élections législatives de 2009 pour permettre au 14 Mars d’obtenir le pouvoirs, ce qui avait replacé le Liban dans une logique de conflit interne comme caisse de résonance des conflits régionaux, sans évidemment évoquer la question du conflit israélo-arabe et l’huile versée dans le feu concernant le statut de Jérusalem ou encore la question du Golan Syrien et de tous les territoires arabes occupés par Israël.

À défaut d’être arbitres, les Etats-Unis sont donc partie prenante, commettant erreurs et après erreurs, l’occupation de l’Irak ayant été une d’entre elle. C’est justement la chute de Saddam Hussein et l’occupation de l’Irak qui a permis de mettre en place le terreau favorable à l’émergence à la fois d’organisations comme Daesh et de renforcer l’axe Iran-Syrie-Hezbollah que Donald Trump prétend aujourd’hui combattre, tout comme tout nouveau conflit pourrait, en fin de compte, être contraire aux intérêts américains. Il s’agit aussi que ces derniers le comprennent.

Le Moyen-Orient aujourd’hui a besoin de Paix et non de nouveaux conflits, il doit panser ses plaies.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Article mis à jour:

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire
Entrez votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.