Alors que le patriarche maronite Béchara Boutros Rahi s’était prononcé hier en faveur de la nomination d’un juge suppléant dans le cadre de l’enquête concernant l’enquête portant sur l’explosion de 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium le 4 août 2020, le dirigeant des Forces Libanaises, Samir Geagea, a estimé que cette proposition est “Haram”, la comparant à un “hérésie juridique alors que nous préparons les recours à présenter si le problème persiste”. Il a également dénoncé à l’issue de la réunion des parlementaires FL l’obstruction actuelle de cette enquête.

Samir Geagea s’en est également pris au gouvernement, accusé de ne rien faire pour empêcher le Hezbollah “de ce qui pourrait exposer les Libanais et les gens du sud au danger”.

“Le Liban est riche en termes de gaz et de pétrole et il est nécessaire de maintenir la sécurité du sud et la sécurité des Libanais”, a-t-il poursuivi avant d’accorder la question de la prochaine présidentielle, appelant les partis à prendre leur responsabilité et à “s’entendre sur un nom pour la présidence, et l’échec sera grand si nous n’allons pas au Parlement avant l’expiration du délai constitutionnel, surtout dans la situation que nous traversons.”

Samir Geagea a aussi annoncé le boycott de la session parlementaire qui aura lieu le 14 septembre prochain en raison de la commémoration du décès du président de la république Bachir Gemayel.

J’espère que le président Berri tiendra compte de notre situation et de nos sentiments. Nous ne voterons pas du tout avec ce budget, parce qu’il n’y a pas de plan de sauvetage et une vision générale sur la façon de sortir de la crise”, conclut-il.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.