Le Premier Ministre Hassan Diab a tenu devant le parlement la lecture de la déclaration gouvernementale de son cabinet. Cette déclaration évoque essentiellement la crise économique que traverse actuellement le Liban alors que le Président de la Chambre a estimé que le Liban serait désormais acculé à demander l’aide du FMI.

La lecture de cette déclaration gouvernementale intervient alors que d’importantes manifestations ont actuellement lieu autour du parlement. Plusieurs milliers de manifestants tentaient d’empêcher les parlementaires d’arriver sur les lieux. Une centaines de personnes ont été blessées dans les heurts avec les forces de sécurité (FSI) et de l’Armée Libanaise qui se sont déployés pour permettre l’arrivée des parlementaires et qui ont fait usage de camions à eau et de gaz lacrymogènes. On indique également des incidents au niveau du quartier de Zokat Blatt où un membre supposé d’Amal aurait fait usage d’une arme à feu contre les manifestants.

Sur le plan constitutionnel également, se posent certaines questions sur la légalité de la tenue de cette session qui a commencé en l’absence de quorum comme le souligne le député Samy Gemayel, quorum qui a ensuite été assuré par l’arrivé des députés du Parti Socialiste Progressiste de Walid Joumblatt et cela en dépit de l’absence des députés des Forces Libanaises, du Courant du Futur mais également des députés dissidents du Courant Patriotique Libre, comme le Général Chamel Roukoz et l’Homme d’affaire Neemat Frem.

Le premier ministre a estimé que les personnes qui croient pouvoir éviter un effondrement économique et la colère des gens se trompent. “Nous devons admettre que le rétablissement de la confiance ne peut se faire que par des actes et des réalisations tangibles”, a-t-il déclaré.

Hassan Diab a indiqué que la déclaration d’intention du gouvernement se concentre sur un plan de travail d’urgence qui devrait être présenté d’ici la fin du mois, dont il s’engage à accélérer la mise en oeuvre. Il estime par ailleurs nécessaire d’établir une communication directe avec le peuple principalement le Mouvement, surnom donné aux manifestants.

Hassan Diab s’est également engagé à la mise en place des réformes présentées lors de la conférence CEDRE en avril 2018, réformes jusqu’à présent bloquées en l’absence de leurs applications alors qu’il s’agit d’une condition essentielle de la communauté internationale pour en débloquer les fonds.

Concernant la crise financière, le premier ministre s’est engagé à mettre en place un mécanisme protégeant les déposants toujours confrontés au contrôle des capitaux.

Inclus dans le plan de réforme, le fameux plan de restructuration du secteur de l’électricité publique. Le premier ministre s’est ainsi engagé à mettre en place le plan présenté en 2019.

Sur le plan de la politique internationale, le Premier Ministre a estimé que le Liban doit mettre en place une politique étrangère indépendante, et a réitéré la position officielle du Liban face à Israël rappelant l’attachement du Pays des Cèdres à la résolution 1701 du Conseil de Sécurité de l’ONU et la nécessité de résister face à l’état hébreu.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.