En dépit des annonces concernant la hausse de la parité officielle qui passera début novembre de 1507 LL/USD à 15 000 LL/USD dans une tentative d’unifier les différents taux de change actuels, la Banque du Liban continue à imprimer massivement de nouveaux billets.

Ainsi selon les derniers chiffres publiés par la banque centrale, l’équivalent de 13 000 milliards de livres libanaises ont ainsi été mis en circulation en moins de 2 semaines. Parallèlement, les profits fiduciaires ont augmenté d’une somme identique. Pour rappel, les dirigeants de la BdL ont l’habitude de camoufler les pertes de la banque centrale déclarant unilatéralement de tels profits.

Parallèlement, la parité de la livre libanaise s’est effondrée tant sur la plateforme électronique Sayrafa de la Banque du Liban, passant en 2 semaines de 24 800 LL/USD à 29 200 LL/USD, et sur le marché noir, atteignant des niveaux proches de son plus bas historique à 39 000 LL/USD.

Pour rappel, les pertes de la Banque du Liban étaient précédemment estimées à 63 milliards de dollars. Elles pourraient ainsi dépasser les estimations les plus optimistes du FMI et s’établir à plus de 80 milliards de dollars, alors que les réserves monétaires s’effondrent actuellement et se situe sous le seuil des réserves obligatoires et que le plan de restructuration présenté par le gouvernement Mikati, que certaines sources indiquent avoir été en réalité préparé par la Banque du Liban elle-même, estiment que l’établissement public devrait bénéficier d’une recapitalisation de 2.5 milliards de dollars.

Cette impression massive et cette politique de déclaration importante de profits fiduciaire pour masquer les pertes de la Banque du Liban ont été vivement critiqués par le passé par le FMI, avec lequel le Liban négocie actuellement en vue d’obtenir une aide financière nécessaire face à la crise économique actuelle.

Parallèlement, la livre libanaise a déjà perdu plus de 95% de sa valeur face au dollar. Les dernières décisions des autorités libanaises de multiplier par 3 les salaires de la fonction publique ou encore d’établir à 15 000 LL/USD la parité officielle au lieu de 1507 LL/USD pourraient provoquer une nouvelle hémorragie massive du pouvoir d’achat pour la population, en raison d’une croissance économique toujours absente.

[table id=10 /]

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Un commentaire?