Suite à une demande du juge d’instruction de Beyrouth, Charbel Abou Samra, la commission d’enquête spéciale de la Banque du Liban a acceptée la levée du secret bancaire concernant le Président du Conseil de développement et de la reconstruction, Nabil Al-Jisr, ainsi que de ses collaborateurs et de certains entrepreneurs, dans le cadre d’une enquête pour corruption concernant des chantiers d’assainissements et de mise en place de stations d’épuration des eaux.

Le magistrat a également indiqué qu’il interrogera les suspects le 30 mars prochain.

Cette décision intervient dans le cadre de l’enquête de l’affaire Eden Bay après qu’un établissement hôtelier portant ce nom ait obtenu de boucher le réseau d’égout passant à proximité en 2018, provoquant d’importantes inondations au niveau de Ramlet el Baida. Par la suite, la municipalité de Ghobeiri a accusé la municipalité de Beyrouth d’avoir bouché un des principaux égouts de la ville avec du béton à la demande du propriétaire de l’Hotel Eden Bay, Wissam Achour, ancien gendre du Président de la Chambre Nabih Berri. Cette version avait été à l’époque démentie par l’ancien gouverneur de Beyrouth, Ziad Chebib qui avait estimé la municipalité de Ghobeiri en être responsable. 2 ingénieurs en lien avec l’hôtel avaient été arrêtés et remis en liberté peu de temps après sans qu’aucun détail supplémentaire ne soit rendu public dans le cadre de l’enquête.

Un journaliste, Salem Zahran, avait alors révélé que le CDR avait procédé au bétonnage du réseaux des égouts scellant ainsi les canalisations.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : English العربية Deutsch Italiano Español Հայերեն