L’ambassade d’Iran a répondu à l’ambassadrices des Etats-Unis au Liban Dorothy Shea par un Tweet:

L’arrivée des pétroliers iraniens à Beyrouth, sans les “bagatelles” de l’ambassadrice américaine. L’ambassadrice ne doit pas s’immiscer dans les relations fraternelles entre les deux pays et les peuples iranien et libanais.

Tweet de l’ambassade d’Iran au Liban, ce samedi 26 mai.

Le tweet, accompagné par la photographie d’un tanker iranien, n’annonce cependant pas l’arrivée d’un navire au Liban. Des sources du ministère de l’énergie et des ressources hydrauliques ont ainsi indiqué qu’aucune autorisation en vue d’importer au Liban du carburant en provenance d’Iran n’a été demandée jusqu’à présent en dépit des propos du secrétaire général du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah qui annonçait que les préparatifs pour cela ont été effectués.

Quelques heures à peine après l’allocution télévisée du secrétaire général du Hezbollah qui annonçait hier que le mouvement chiite avait terminé les préparatifs en vue d’importer des carburants d’Iran, l’ambassadrice des Etats-Unis au Liban Dorothy Shea a répondu, estimant que l’importation de navires de carburant d’Iran n’était “vraiment pas une solution”.

S’exprimant sur les ondes de la chaine Al Jadeed, elle s’en est également prises aux partis libanais qui tentent d’obtenir un tiers de blocage au sein d’un nouveau gouvernement.

“Le moment est venu de construire un gouvernement, pas de bloquer un gouvernement”

DOROTHY SHEA, VENDREDI 25 JUIN SUR LES ONDES DE LA AL JADEED

Dorothy Shea a fait part des inquiétudes des dirigeants américains soucieux d’éviter un effondrement du Liban sans toutefois désigner les parties responsables, selon elle, du blocage du processus de formation du prochain cabinet. 

Je ne sais pas s’il y a un parti qui mérite le blâme, mais je peux vous dire qu’il y a un besoin désespéré d’un gouvernement pleinement habilité qui soit engagé et capable de mettre en œuvre des réformes, d’arrêter le saignement, de commencer à stabiliser l’économie

DOROTHY SHEA, VENDREDI 25 JUIN SUR LES ONDES DE LA AL JADEED

Elle s’en est vivement prise à une importation possible de carburants iraniens au Liban, pays qui souffre actuellement d’une pénurie en essence et en fioul, étant aujourd’hui incapable d’en importer en raison d’un manque de liquidité. Elle estime que cette proposition vise à transformer le Pays des Cèdres en état satellite. 

Il existe d’autres alternatives pour fournir du carburant et de l’électricité au peuple libanais, selon elle, et notamment l’éradication de la corruption. “Si nous pouvions éradiquer la corruption de vos secteurs de l’énergie et de l’électricité, la moitié du problème sera traitée”, note l’ambassadrice. 

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : English العربية Deutsch Italiano Español Հայերեն