Le Ministre de l'Economie du gouvernement Hassan Diab, Raoul Nehmé. Crédit Photo: Dalati & Nohra
Le Ministre de l'Economie du gouvernement Hassan Diab, Raoul Nehmé. Crédit Photo: Dalati & Nohra

S’exprimant sur les ondes de Radio Liban, le ministère de l’économie Raoul Nehmé a convenu que la phase à laquelle les Libanais font actuellement face est difficile. Selon le Ministre, le moyen de s’en sortir “est de recevoir l’aide des pays amis et frères et du Fonds monétaire international” via les accords qui seront signés avec lui.

Raoul Nehmé indique que la rapidité des réformes mises en oeuvre par le gouvernement et l’aide du FMI pourront permettre au Liban à sortir de la crise rapidement, citant l’exemple de la Grèce ou de Chypre où les conditions se sont améliorées en 3 ans.

Abordant la question de la restructuration de la Banque du Liban stipulé par le plan de sauvetage présenté par le gouvernement et de la différence entre les chiffres du gouvernement et des responsables de la Banque Centrale, l’audit qui devrait être mené à la demande du cabinet Diab devrait en déterminer l’exactitude. Par ailleurs, il reviendra à des spécialistes du FMI de les analyser.

Sur la confidentialité de la teneur des discussions entre FMI et représentants libanais, il s’agit d’assurer le succès des négociations en cours depuis maintenant 2 semaines. Le Ministre de l’Economie précise qu’il revient à son homologue des finances Ghazi Wazni de les mener.

Par ailleurs, le FMI n’imposera pas son plan au gouvernement. Il ne s’agira également pas d’imposer de nouveaux impôts au personnes vulnérables mais plutôt à les aider face à la crise économique. Aussi, la communauté internationale et le FMI soulignent son appui au plan proposé par le Premier Ministre Hassan Diab, un plan décrit comme ayant été rédigé en collaboration avec la plupart des ministères et prenant en compte les études menées précédemment dont le Plan McKinsey de 2018.

Cependant, Raoul Nehmé a indiqué que ce dernier a été élaboré dans des circonstances différentes par rapport à la situation actuelle. D’une part, la situation bancaire est différente, allusion aux faiblesses structurelles du secteur financier et au contrôle des capitaux. D’autre part, les autres secteurs ont également été affaiblis par la crise économique. De nouvelles idées peuvent donc émerger.

Abordant la question du contrôle des capitaux, le ministre appelle à ce que tous les clients des banques soient traités sur un pied d’égalité.

Sur la question de la parité entre livre et dollar, Raoul Nehmé souligne qu’aucune banque centrale ne peut divulguer à l’avance les actions qu’elle compte entreprendre pour que ces dernières puissent être efficaces sur le terrain. Par ailleurs, l’achat des produits alimentaires – lait, céréales, sucre et d’autres types de marchandises également – devrait être prochainement sécurisé via un soutien en dollar. Il s’agira d’aider les agriculteurs ou encore les industriels à obtenir les billets verts nécessaire à la culture des matières premières ou à en permettre l’importation.

Aussi par rapport au contrôle des prix des marchandises, ses services en surveillent actuellement l’évolution. Certaines personnes qui sont impliquées dans la manipulation des prix sont déjà en prison et des sanctions “maximales” seront prises contre eux par une nouvelle loi présentée conjointement avec le ministère de la justice. Ce texte aurait déjà reçu le soutien du président de la Chambre Nabih Berri.

Il appelle également à la vigilance les consommateurs libanais qui peuvent porter plainte en cas d’infraction via WhatsApp au numéro 70909022.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Article mis à jour:

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire
Entrez votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.