Moins d'une minute de lecture

La ministre sortante de la justice Marie Claude Najem a indiqué ce dimanche que le ministère de la justice pourrait obliger la banque centrale à soumettre les documents demandés pour un audit juricomptable de ses comptes alors que le cabinet Alvarez & Marsal a annoncé cette semaine son retrait.

Pour rappel, le gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé avait justifié son refus de répondre à 57% des questions posées par Alvarez & Marsal sous couvert de la législation portant sur le secret bancaire et notant que ce contrat avait été signé par le ministère des finances et non par la Banque Centrale.

Ces propos interviennent alors que le Président de la République, le Général Michel Aoun, avait également souligné hier l’importance de l’audit juricomptable de la Banque du Liban, un préalable nécessaire au déblocage de l’aide économique de la communauté internationale, estimant que le retrait du cabinet Alvarez & Marsal constituait un revers mais que désormais cet audit sera également relancé par d’autres moyens.

En effet, cet audit est considéré comme nécessaire pour chiffrer les pertes financières de la Banque du Liban et au-delà également déterminer les responsabilités de chacun dans l’effondrement économique du Liban.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.