Le président de la République Major Michel Aoun a adressé une lettre au Parlement concernant la question de la formation du gouvernement et le devoir de prendre la position, l’action ou la décision qui s’imposent pour empêcher que les choses ne dévient à ce qui pas dans l’intérêt du pays. Le Président Aoun a expliqué que le Premier ministre en charge Najib Mikati « nous a exprimé, comme il l’a exprimé à plusieurs reprises, son manque d’enthousiasme à composer pour diverses raisons. » Le président Aoun a souligné qu’il était fortement en désaccord avec la « pratique du gouvernement exécutif actuel, les pouvoirs de la présidence de la République sont une agence jusqu’à l’élection d’un nouveau président de la République. “

Le président Aoun a considéré que « l’état du président chargé de s’excuser, d’insister immédiatement pour s’assigner et de délivrer immédiatement des décrets de formation pour éviter le vide – c’est-à-dire si votre honorable conseil n’initie pas à en le mandat, dans lequel c’est qui le lui a donné. “

Le Président Aoun a averti dans son message : “Que peuvent-ils dévier dans ce qui n’est pas dans l’intérêt du pays, agissant dans la responsabilité de la Chambre des représentants, son expertise en affectation et ensuite en accordant la confiance au gouvernement, responsabilisation et responsabilisation, dans une discussion préliminaire à ce sujet lettre immédiate à l’Organe général en vue de sauver les dangers qui menacent le Liban et son peuple, sa charte, sa constitution et son entité, et soulager les souffrances du peuple libanais dont les pouvoirs et la souveraineté étaient avant vous – il y a quelques mois, donc à travers votre Saint-Conseil, partenariat national et les nécessités du “pacte de vie commune qui est illégitime pour que toute autorité puisse contredire”, et votre Conseil prend la position ou l’action ou la décision nécessaire pour éviter cela. “

Le contenu de la lettre adressée à la chambre des députés

Objet: Le président du gouvernement chargé de rédiger un gouvernement de travail s’abstenant des dispositions des articles 53 (article 4) et 64 (article 2) de la Constitution et confirmant le statut du détournement d’entreprise au sens étroit du gouvernement présidé par un pari, qui était considéré comme un travail indépendant au sens de l’article 69 (article premier, clause E). Alors que le Liban est sur le point de devenir président avec la fin du mandat du président de la République, ce qui occupe la première position dans le pays et vide le pouvoir exécutif de son titulaire, c’est-à-dire le Cabinet conformément à l’Artic les 17 et 65 de la Constitution, à la lumière des droits qui prévalent à tous les niveaux nationaux et T ne peut supporter aucune faim en regardant ses dangereuses ramifications pour le peuple, l’entité et la charte.

Après la salutation,

En application des dispositions de l’article 53 (paragraphe 10) de la Constitution et de l’article 145 (3) de l’ordre interne de la Chambre des représentants (puisque l’honorable Chambre des représentants est disponible et est dans la deuxième décennie de sa réunion gs en vertu de l’article 32 de la Constitution, également comme lors d’une session extraordinaire d’une décision pour suivre le retard dans le nouveau gouvernement jusqu’à ce que nous gagnons confiance dans le travail conformément à l’article 69 (article 3) de la Constitution.

Nous approchons de votre honorable conseil par son président avec le message suivant pour prendre la position, l’action ou la décision appropriée à ce sujet.

En fait, nous vous informons que le président du gouvernement en charge, M. Mohamed Najeeb Meqati, nous a exprimé lors de nos réunions pour formuler le gouvernement, comme il l’a exprimé à Swana, qu’il n’est pas intéressé par la composition des différents r easons, y compris que la priorité est d’élire un président, et si oui, pourquoi initions-nous à former un gouvernement – ou disons qu’à un intérêt à former un nouveau gouvernement Il assume l’entière responsabilité en tant que président au cas où la présidence serait vide alors que lui et le gouvernement n’ont pas de responsabilité complète y en cas d’affaires Notre réunion portait sur un épisode d’obstacles en mouvement qui vide tous les progrès utiles et pratiques sur la composition et indique sa réticence à se faire dire un gouvernement qui représente un imam votre honorable conseil pour gagner confiance et mettre la fin du sens étroit des affaires, même si un dépôt nous parvenait au palais républicain quelques jours avant la fin du mandat présidentiel, nous avons insisté pour le composer et le convoquer à la réunion le soir au palais pour convenir de l’émission de décrets pour former le gouvernement nouveau selon le constitution. Cependant, il ne l’a pas mis au monde, et il n’a même pas prêté une oreille auditive aux médiateurs pour qu’ils fassent un effort sur la composition. Ce qui nous a fait croire, c’est qu’il n’est pas prêt à former un gouvernement, mais à continuer à la tête du gouvernement de dépenser les affaires, de parier et de parier sur le temps pour vider la présidence. Il est alors impossible de composer l’absence du partenaire constitutionnel à part entière dans la composition du gouvernement.

Le pire et le plus dangereux, avec lequel je ne suis certainement pas d’accord, c’est d’exercer de telle manière un gouvernement qui n’exerce pas sa compétence stipulée à l’article 17 de la constitution sauf dans le sens étroit du détournement d’affaires, le pow ers de la présidence de la La République est une agence jusqu’à l’élection d’un nouveau président de la République, pouvoirs exercés par le président T Même un serment ne peut être prêté par ceux dont le cercle d’expertise s’est détérioré En gros, votre honorable conseil n’a dans son autorité. Ce qui est plus dangereux, c’est que le chef du gouvernement de la diversification, qui s’en charge et s’abstient de la composition, veut tenir des séances de cabinet et le contrôle de votre conseil est inexistant, contrairement à la notion de détournement des affaires, le principe de séparation, d’équilibrage et de coopération des pouvoirs, qui est l’un des piliers de notre ancien système constitutionnel parlementaire Qarati (Articles C et H de l’Introduction de la Constitution).

Le chaos constitutionnel qui menace l’entité et le pacte nous est rejeté tant que nous sommes à la présidence et que nous avons juré allégeance à la constitution et aux lois de la nation libanaise. Quand la présidence est vide sans élire un président, l’arène des pratiques et pratiques est vide sans moniteur ni calculatrice, la charte est vidée et les dangers s’aggravent à un stade qui peut être notre vie publique, et le vide voit vide iness, et les remèdes à nos crises disparaître et disparaître aussi, et le peuple cherche des moyens de survie de la souffrance héritée ou renouvelée par les mains humaines ou de la trahison du destin, même si plus tard la bonne nouvelle du salut réside dans nos ressources naturelles, ne trouve pas qu’elle manque en le centre de l’effort, de la conception et capacité légitime issue d’une description constitutionnelle complète du gouvernement et président de la République.

Monsieur le Président,

Nous avons hérité jusqu’au dernier moment disponible avant d’envoyer ce message à votre honorable conseil par son président sur la conscience nationale, la sensibilité et la conscience, retour à ceux qui devraient les avoir dans ce temps afin de prévenir le vide r vide, ce qu’on appelait, et l’ordre est lancé ce qui est de danger qui les a détruit mille chiffon plein sur l’échelle présidentielle Et l’autorité exécutive, nous vous exhortons et vous exhortent d’urgence et urgemment à prendre des mesures immédiatement et sans tarder, les mesures requises par ce messag e et les circonstances dangereuses que nous avons a été poussé à, ce qui fait de votre honorable conseil un travailleur, actif, et sauveur du pays dont il est menacé par le vide et Pour les paris dangereux sur lui et décrits ci-dessus, il devrait élire le président de la république ou former un go vernment dans les deux jours restants de notre état et nous évitons tous le bord de l’abîme dont la politique dépendait de ceux en qui vous aviez confiance pour former un nouveau gouvernement, qui est le président en charge qui refuse de former un nouveau gouvernement par décision politique de lui, l’état de termina tion est éradiquée et vider la présidence du parti Hurriya, lié à son pacte de co-vivre, parie pour exercer ses pouvoirs, tandis que l’article 62 de la Constitution, est confié par une agence en Conseil des ministres, lorsqu’elle est vacante pour quelque raison que ce soit, et le gouvernement nt de mener des affaires dans un étroit sens, ne peut pas faire cette pratique, qui n’exerce pas la pleine authenticité de sa compétence constitutionnelle !

Le gouvernement, qui est complet de descriptions constitutionnelles, exerce l’agence (c’est-à-dire même des solutions véritables) de ces pouvoirs lorsqu’il est détenu au cabinet et à l’unanimité de ses membres, à l’exception des pouvoirs du président Ident de la République.

Monsieur le Président,

Un gouvernement, a perdu son autorité constitutionnelle pour exercer toute sa juridiction après le début de votre nouveau conseil, qui ne lui a donné aucune confiance, alors que le peuple est la source des pouvoirs et le propriétaire de la souveraineté l’exerce à travers les institutions constitutionnelles, et vous êtes le dernier et s’en tenir à sa volonté, bloquant la présidence au détriment des frais Deux jours de solitude, mais c’est un gouvernement sans la légitimité du peuple. D’où la légitimité constitutionnelle et charte, surtout à la lumière de ces dures et un conditions précédentes que le Liban et le peuple libanais sont En train de faire l’expérience. Tout cela parce que la Constitution n’a pas écrit mon pouvoir de retirer le mandat et de reprendre les consultations de poursuites, et parce que le président en charge emprisonne l’auteur et trahit l’action sur le vide mortel de notre charte, identité, constitution, entité, et menace notre stabilité sécuritaire.

Le président du gouvernement en charge ne s’est pas excusé, sinon nous vous aurions consulté et consulté le président de la maison, et nous avons imposé et enterré les dangers et le chaos constitutionnel qui entraînent tous les cas d’anomalie . Il incombe à l’État du président de s’excuser, d’insister immédiatement pour assigner d’autres personnes et de délivrer immédiatement des cérémonies de formation pour éviter le vide – c’est-à-dire si votre honorable conseil n’initie pas à retirer le mandat, qui est celui qui le lui a donné.

Monsieur le Président,

Nous venons vers vous avec ce message pour vous informer de la réalité de la situation et pour prédire comment les choses peuvent dévier dans ce qui n’est pas dans l’intérêt du pays, agissant avec la responsabilité de la Chambre des représentants, sa spécialité en tant que signer, et ensuite donner confiance envers le gouvernement, responsabilité et responsabilité, comme discussion préliminaire de ce message immédiat. L’Autorité Générale au regard des nécessités de sauvetage des dangers qui menacent le Liban, son peuple, son pacte, sa constitution et son entité, et soulager les souffrances du peuple libanais, dont les pouvoirs et la souveraineté ont été les premiers – il y a quelques mois, donc à travers votre honorable conseil, national partenariat et les nécessités du “pacte de vie commune qui est illégitime pour toute autorité qui s’y oppose”, et prendre une attitude, une action ou une décision est nécessaire pour éviter cela.

Et nous témoignons que nous sommes arrivés.

Le Général Michel Aoun

Président de la République du Liban “

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.

Un commentaire?