Le premier ministre Najib Mikati a récusé les accusations du président de la république dont le mandat s’achève officiellement demain minuit, indiquant que “le gouvernement continuera à s’acquitter de tous ses devoirs constitutionnels, y compris la conduite des affaires conformément aux dispositions de la constitution et aux règlements qui régissent son travail et la manière de prendre ses décisions stipulées dans la constitution, et dans le décret n° 2552 du 1er août 1992 et ses amendements (réglementant le travail de l’Assemblée nationale). Ministres) à moins que le parlement n’ait un avis différent.”

Pour rappel, le chef de l’état a signé, peu avant son départ du Palais Présidentiel, un décret acceptant la démission du gouvernement.

https://libnanews.com/?p=208811

Selon Najib Mikati, ce décret serait inconstitutionnel, puisque non accompagné d’un décret annonçant la formation d’un nouveau gouvernement.

Le contenu de la lettre de Najib Mikati au Président du Parlement Nabih Berri

Il est incontestable que la conduite des affaires s’est élevée au rang d’obligation et d’obligation constitutionnelles et a été consacrée et imposée par l’article / 64 / de la Constitution après avoir été une coutume constitutionnelle nécessitée par la nécessité de la continuité du fonctionnement de l’établissement public et du fonctionnement régulier des institutions constitutionnelles – fondement de l’ordre public dans l’Etat – qui impose la mise en place de toute Une institution constitutionnelle, sans délai, avec les missions qui lui sont confiées, dans les limites des attributions qui lui sont conférées, étant donné que le vide dans les institutions constitutionnelles contredit l’objectif pour lequel la constitution a été créée et menace le régime de tomber et de plonger le pays dans l’inconnu, comme l’a déclaré le Conseil constitutionnel dans sa décision n° 7/2014 du 28/11/2014.Il va sans dire que l’incapacité de notre gouvernement, considéré comme démissionnaire en raison du début du mandat de la Chambre des représentants, à s’acquitter de ses devoirs et devoirs constitutionnels, y compris le suivi de la conduite de ses affaires, sous quelque prétexte que ce soit, constitue un manquement à ses devoirs et l’expose, en tant que président et membres, à la responsabilité constitutionnelle pour manquement aux devoirs tel que stipulé, explicitement, par l’article 70 de la Constitution.

Il est utile de rappeler que notre gouvernement, conformément à ses devoirs constitutionnels, a précédemment répondu à votre invitation explicite à participer et à assister aux sessions de votre honorable conseil et a été représenté devant ce conseil en tant que gouvernement démissionnaire, et a participé lors de la discussion de plusieurs projets de loi transmis par elle, dont la plupart ont été approuvés par le Conseil, notamment le projet de loi de finances générale pour l’année 2022, sachant que cette loi est d’une grande importance car elle définit la politique financière générale du gouvernement et les crédits qui lui permettent de mettre en œuvre ces politiques.En conséquence, et sur la base de ce qui précède, et afin d’éviter la responsabilité constitutionnelle pour violation des devoirs stipulés à l’article / 70/ de la Constitution, et afin d’éviter de perturber le fonctionnement des services publics, la chute du régime et la paralysie du travail de l’État avec toutes ses composantes et institutions constitutionnelles, au premier rang desquelles se trouve l’autorité législative, l’autorité constitutionnelle mère qui sera confrontée au problème de ne pas promulguer Et par conséquent l’entrée en vigueur des lois que vous pouvez approuver, et parce que le décret, qui a accepté la démission d’un gouvernement originellement et légalement démissionnaire en vertu du texte, est dépourvu de toute valeur constitutionnelle qui rejaillit négativement sur l’obligation de faire des affaires en plus de pratiquer toutes les obligations qui lui sont imposées par la constitution, veuillez prendre note du suivi par le gouvernement de la conduite des affaires et de l’exercice de toutes ses fonctions constitutionnelles conformément aux dispositions de la Constitution et des règlements qui régissent son travail et la manière de prendre ses décisions et stipulés dans la Constitution.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.

Un commentaire?