L'actrice porno d'origine libanaise Mia Khalifé
L'actrice porno d'origine libanaise Mia Khalifé

Et revoilà Gainsbourg dans mes écouteurs! Sea, Sex and Sun !

L’outremer turquoise de Batroun était supposé me déconnecter de la réalité Beyrouthine. Des problèmes économiques, des embouteillages aux klaxons, et de l’hypocrisie “Comment vas-tu? Ca va?” des rencontres au milieu des soirées PR. Les couples ont des maillots coordonnés, les femmes utilisent toutes le même pot de crème solaire de couleur orange fort en carotène… Et les mecs traitent leurs bedons avec respect à grand coup de Téquila-Almaza!

Il y a quelques jours,  le Qaa’ était sens dessus dessous! Plutôt en dessous que la tête hors de l’eau. Plutôt en mode survie, qu’en mode compréhension! Et pour ajouter une sauce Hitchcock à toute cette tragédie, les coupures d’électricité insondables. Le Qaa’ ensanglanté et dans le noir. Appelons le ministre ! Celui de l’énergie et de l’eau. Dites monsieur le ministre? Ce courant… Pas celui du futur, ni celui qui se veut tant bien que mal patriotique… Voulez-vous bien le rétablir ce courant? Parce qu’à coup de canons, les terroristes se sont fait la malle, et ras-le bol. Devant les portes des églises, les femmes ont porté les armes. Aux armes citoyennes ! Comme Danton, depuis le moulin de Valmy. Comme toute révolte quand l’état se fait absent. Pour le droit à la vie, contre l’innommable, et au diable la sourde planète.

Entre temps un média libanais lâche un tweet. Une bombe. L’actrice porno Mia Khalifa décède dans un accident de voiture. Elle avait encore tant à donner. Vraiment ? Fou rire. Schizophrénie. Besoin d’un Motilium sous la langue. Ou deux. Dois-je avoir honte ? Honte de cette nation qui croit que parce que le Qaa’ est plus proche de la frontière Syrienne que du Keserwan féodal, le mal ne nous atteint pas ? Puis-je avoir honte, et refuser de faire l’autruche ? Dire que chaque parcelle de cette terre, est la nôtre. Du Nord au Sud, d’Est en Ouest. Que je refuse toute sorte de terrorisme, d’intégrisme, de violence gratuite au nom d’Allah et de tous les siens. Que je préfère le garder là où il est le Bon Dieu, et qu’il a mieux à faire que de s’occuper des guerres des hommes ? Pardonnez-nous nos offenses. Du Qaa’ à Bagdad. De l’Irak à l’Arabie Saoudite. Il fallait bien achever le jeûne du Ramadan en grande pompe funèbre. Jusqu’aux portes de Médine. Abominable profanation. Bilans meurtriers. Des chiffres pour remplacer des visages. Des hommes, des femmes, des enfants. Un père, une mère, un frère, une sœur, un amant, une fiancée, un avenir.  L’espoir qui s’efface. Et deux lettres qui font trembler la planète : E.I. Etat Islamique. Le Salafisme Djihadiste. Chaotique. Le viol de femmes, et de filles  à peine pubère. L’administration de la sauvagerie. Des kamikazes shootés aux pilules C.

Sous le soleil, les pieds dans l’eau, Serge qui drague Birkin, nous sommes bien loin de tout ca ! Le Qaa’ est loin. Bagdad encore plus. Et l’Arabie Saoudite ne fait que payer le prix de sa politique étrangère. Le genre de remarques que nous pouvons entendre. Entre deux shots de Vodka. Monsieur qui explique la situation à madame. Des morts ? Oui… Mais Mia Khalifa est toujours en vie. L’industrie du X n’est pas en deuil. Tout va bien !

Et pour que le monde sombre un peu plus dans l’obscurantisme, les intellectuels tombent les uns après les autres. Les créateurs. Les poètes. Les conteurs d’histoires. Adieu Kiarostami! La merde quant à elle reste. Et la merde a de l’avenir. Merci Céline !

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Trentenaire aux cheveux rouges. Hier, un cri. Aujourd’hui, elle est «À cor et à cri ». Ambidextre. Architecte d’intérieur. Enseignante. Designer à ses heures perdues. Dévoreuse de livres d’histoire et de littérature. Mordue d’art. Râleuse au second degré. Vit une relation ambigüe avec Beyrouth. Se promène souvent avec l’énergie d’une étoile. Aime manger de la glace à la vanille. Grande rêveuse idéaliste. Atteinte d’une folie passagère. Fut le chat de Toulouse Lautrec dans une vie antérieure ! Si, si… je vous le jure !