Le Palais de Justice de la ville de Beyrouth.
Le Palais de Justice de la ville de Beyrouth.

Le club des juges du Liban a publié un communiqué, estimant nécessaire d’exercer le droit à la libre expression des magistrats “sans avoir besoin d’obtenir aucune autorisation ou approbation préalable d’aucune autorité, car ce droit fait partie des droits fondamentaux consacré à toute association de juges dans n’importe quel pays du monde”.

Cette réaction intervient suite à la mise en cause de la juge Ghada Aoun lors d’une conférence qui s’est déroulée au Sénat en France. Elle a alors été déférée devant l’inspection judiciaire, accusée de s’être déplacée en France sans autorisation officielle ou d’avoir encore témoigné de manière offensante contre des juges libanais

Pour rappel, la procureur du Mont Liban fait l’objet d’une campagne ciblée contre elle, notamment de la part des banques libanaises ou encore des proches du gouverneur de la Banque du Liban alors que plusieurs dossiers critiques se trouvent être sur sa table en ce qui concerne des détournements de fonds.

Le club des juges du Liban estime ainsi que “la situation judiciaire recule à des niveaux sans précédent sans aucun moyen de dissuasion ou de défense” et qu’il défendra cette liberté d’expression quel qu’en soit le prix.

Parallèlement, la juge Ghada Aoun a également réagi sur son compte Twitter, estimant que “la liberté d’expression est un droit humain”.

“Comment un juge peut-il le priver de sa mission de défense de ces droits, de s’exprimer lorsqu’il est exposé aux attaques les plus odieuses”, juge la magistrate.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.

1 COMMENTAIRE

  1. Tous derrière vous Madame, avec un M Majuscule vous faites Honneur au Liban et à votre profession. Respect

Les commentaires sont fermés