Un journal égyptien indique que le plan de paix présenté par le Président Américain Donald Trump demanderait aux pays arabes de naturaliser les réfugiés palestiniens présents sur leur sol. Cette demande concernerait également ceux installés au Liban.

Pour rappel, le Liban compte 500 000 réfugiés palestiniens présents sur son territoire depuis 1948. Leur présence a notamment été à l’origine de la guerre civile qui a ravagé le pays entre 1975 et 1990.

Selon le journal égyptien Al Akhbar dont l’article est repris par une partie de la presse israélienne, la Jordanie, l’Arabie saoudite, l’Egypte et le Liban seraient concernés par ce plan.

Selon les informations disponibles, les USA demanderaient à la Jordanie de naturaliser plus d’un million de Palestiniens en échange d’une aide financière de 50 milliards de dollars. Serait également cédée, les zones de Naharaïm et Tsofar à Israël, en contrepartie de territoires qui seraient alors cédés par l’Arabie Saoudite.

Cette solution serait pour l’heure refusée par le Royaume Saoudien.

L’Egypte hébergerait également un nombre indéterminé de réfugiés palestiniens dans le désert du Sinaï en échange d’une aide de 70 milliards de dollars.

Le Liban accorderait la nationalité libanaise aux réfugiés palestiniens présents au Liban « sans égalité de droits », c’est à dire sans possibilité de voter. Ce plan pourrait faire écho au fameux plan Kissinger, du nom de l’ancien secrétaire d’état américain qui avait estimé que « le Liban était une erreur » et qui avait proposé dans les années 1970, le remplacement des populations chrétiennes libanaises par les réfugiés palestiniens en contrepartie d’une émigration aux USA. Il était l’un des facteurs ayant contribué à la guerre civile.

Pour l’heure, l’application de ce plan se heurterait au refus des pays arabes et de l’autorité palestinienne qui rappellent le droit au retour spécifié par les différentes résolutions internationales dont la résolution 242 du Conseil de Sécurité de l’ONU.

Les Pays Arabes se sont également montrés critiques de la reconnaissance par les USA de la souveraineté israélienne sur Jérusalem qui était destiné à devenir la capitale partagée par Israël et par un futur état palestinien, ainsi que sur le Golan.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Article mis à jour:

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.