Moins d'une minute de lecture

Au cours d’une conférence de presse, après le fioul et l’essence, la ministre sortante de l’Energie et des Ressources Hydrauliques Nada al Boustani a annoncé que l’état importera prochainement du gaz à l’usage des foyers libanais, sur fond de rumeurs faisant état d’une prochaine pénurie de gaz.

Cette information intervient alors que de nombreuses pénuries de produits non-essentiels et essentiels commencent à être constatés sur le marché local, suite à la pénurie de devises étrangères nécessaires à leur achat sur les marchés mondiaux et à la mise en place, depuis le 1er novembre 2019, d’un contrôle des capitaux sur décision de l’Association des Banques du Liban et non des autorités libanaises elles-mêmes, une mesure que beaucoup d’experts estiment illégale.

Selon la Ministre Sortante qui a signé un décret allant en ce sens, 35% des besoins pourraient être ainsi importées par l’état directement dans les 4 prochains mois. Il s’agit de lancer d’abord un appel d’offre, ce qui pourrait prendre 3 mois de délai.

Cette décision intervient pour réduire le coût d’achat de ce gaz pour les foyers libanais, indique la ministre, qui estime qu’un des premiers effets sera de diminuer le prix de cette marchandise localement. Elle note également que le secteur de l’énergie a été confronté à de nombreuses menaces ces dernières semaines.

Nada Boustani a également indiqué sur Twitter que des négociations ont été ouvertes avec l’Égypte dans le but d’approvisionner les centrales électriques de l’électricité du Liban en gaz.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.