55% des libanais estiment que le coronavirus, qui est apparu au pays des cèdres depuis le 21 février 2020, ne serait qu’une grippe, tout en admettant à 81% qu’elle revêt un caractère grave, selon un sondage effectué les Nations Unies.

Autre enseignement de l’enquête menée, les personnes âgées de plus de 40% sont plus sensibles aux mesures de distanciation sociale que les générations précédentes.

Au total sur l’ensemble des habitants du Liban, 61% des personnes interrogées évitent les rassemblements sociaux et 4% seulement les acceptent.

Face à la situation, 55% de la population est à la fois inquiète par rapport à la crise économique et le coronavirus et 42% par la situation économique seule.

Toujours côté économie, seuls 19% des habitants du Akkar au Nord du Liban disposeraient des moyens financiers pour acheter les masques nécessaires pour limiter la propagation de la maladie. 8% d’entre eux pourraient également se permettre de rester chez eux.

59% de la population n’a pas confiance dans la gestion de la crise par la classe politique et 30% indiquent ne pas comprendre les mesures prises par elle.

Cette proportion augmente à 95% dans le Akkar et 82% dans la capitale.

COVID_perceptions_behaviors_EN

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.