Moins d'une minute de lecture

Les pannes d’électricité pourraient se poursuivent au moins durant cette semaine, voire durant 2 semaines, dans l’attente de plusieurs navires de la société algérienne Sonatrach, indique le député Nazih Najm au quotidien Al Joumhouria.

Cette information intervient alors que plusieurs centrales électriques ont vu leurs réserves de fioul s’épuiser, amenant à la production de seulement 1 200 mégawatts d’électricité en lieu et place de 2 000 mégawatts normalement et d’une demande de 3 600 mégawatts.

Les tankers de Sonatrach devraient ainsi parvenir au Liban, les 7, 8 et 13 juillet seulement, les précédents chargements ayant été rejetés par les autorités libanaises après qu’elles aient découverts que le fioul transporté ne répondait pas au cahier de charge par rapport aux critères des centrales électriques locales. Cette affaire avait débouché sur la découverte d’un scandale impliquant plusieurs hauts responsables locaux et les représentants de sociétés d’importations de fioul, dont certains seraient des proches de responsables politiques.

Par ailleurs, la pénurie d’électricité s’est encore aggravée par la décision des propriétaires de générateurs de ne pas allumer les générateurs. Ils souhaitent que les autorités libanaises les autorisent à libéraliser le prix du kilowatt actuellement fixé par le Ministère de l’Energie et des Ressources Hydrauliques.

Hier, le Ministre de l’Energie, Raymond Ghajjar, a estimé que la pénurie de fioul était induite d’une part par les achats-paniques de certaines personnes qui estiment que les autorités pourraient prochainement mettre un terme aux subventions accordées à certains produits comme le fioul et sur fond d’augmentation du prix du paquet de pain de 900 grammes qui est passé de 1500 LL à 2000 LL et d’autre part de la contrebande de fioul à destination de la Syrie.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité ne marche que sur un ordinateur et non sur les mobiles ou tablettes. Par ailleurs, il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Cet article est disponible en Français