L'Orange House de Mona Khalil et la Plage de Mansoura au Sud Liban. Crédit photo: Francois el Bacha pour Libnanews.com. Tous droits réservés.
3 minutes à lire

Certaines sources indiquent que le sous-secrétaire d’État en charge du Proche-Orient David Hale serait au Liban afin de finaliser un accord négocié via une médiation américaine entre le Liban et Israël. Il s’agirait notamment de procéder à la démarcation des zones exclusives libanaises et israéliennes.

Sitôt arriver à Beirut, le diplomate s’est rendu dans les quartiers dévastés par l’explosion. Il a assuré aux personnes présentes que le FBI participera à l’enquête internationale et locale menée pour en découvrir les circonstances.

David Hale devrait également rencontrer le président de la république Général Michel Aoun à Baabda ce vendredi, avant de s’entretenir avec le président de la chambre Nabil Berri puis le premier ministre désormais démissionnaire Hassan Diab. Enfin, le diplomates américain devrait également mener des discussions avec l’ancien premier ministre Saad Hariri, pressenti pour un retour au grand sérail, le dirigeant du parti socialiste progressiste Walid Joumblatt, le dirigeant des forces libanaises Samir Geagea et enfin le président du parti Kataëb Sami Gemayel.
David Hale devrait ainsi aborder la question de la composition du prochain gouvernement, des conséquences de l’explosion qui s’est déroulée le 4 août dernier, de l’aide économique au Liban ou encore des sanctions économiques américaine qui pourraient viser certaines personnalités libanaise.

Précédemment, la ligne Hoff du nom du médiateur américain qui s’était déjà saisi du dossier en 2011, accorde 560 kilomètres carrés au Liban et le solde à Tel Aviv sur plus de 800 kilomètres carrés au total. Cependant, on ignore si ce découpage reste toujours valide à l’heure actuelle.

Eclairage

Pour rappel, à l’origine de ce problème, les négociations entre le Liban et Chypre en 2011. Le point de départ de la zone a été fixée arbitrairement par les 2 pays au point 1 des frontières.
Par conséquent, l’Etat Hébreu a décidé de poursuivre la délimitation de ses frontières maritimes au point 25 selon ses mesures qui correspond au point 1 pour le Liban.
Cependant le Liban estimait dès le départ que le point de départ de sa zone d’exclusivité économique se situait au point 0, selon Beyrouth ou 23, selon l’état hébreu et situé à 17 km au sud du point 1 , fixé lors des négociations entre Tel Aviv et Nicosie.
Ainsi est délimité un triangle allant du point B1 situé à Ras al Naqoura au point 0 puis au point 1.
Cette zone est revendiquée par les 2 états, le Liban et Israël. Elle couvre ainsi plus de 800 kilomètres carrés. Une partie des blocs 8, 9 et 10 se trouvent ainsi au centre de la polémique.
La situation s’est aggravée par la découverte d’un potentiel important de gisements gaziers et pétrolier dans cette zone.
Le Liban indique disposer de cartes prouvant que la zone lui appartiendrait.

Par ailleurs, la ligne Hoff du nom du médiateur américain qui s’était déjà saisi du dossier en 2011 et que Beyrouth avait déjà rejeté, accorde 560 kilomètres carrés au Liban et le solde à Tel Aviv.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français