Matériel israélien détruit lors du conflit avec le Hezbollah, Musée de Mlita. Crédit Photo: Libnanews.com
Matériel israélien détruit lors du conflit avec le Hezbollah, Musée de Mlita. Crédit Photo: Libnanews.com

La Sûreté Générale a mis en garde la population libanaise par un communiqué, indiquant que des agents israéliens tentaient actuellement d’entrer au Liban via des excursions touristiques.

Il s’agirait pour Israël de recruter des touristes afin de les utiliser notamment en visitant des zones sensibles.

L’institution sécuritaire appelle la population et les organismes touristiques à faire preuve de vigilance vis-à-vis de visites touristiques promus via courriel ou encore réseaux sociaux.

Il s’agirait de vérifier également la présence de bureaux de représentation officiel.

Lire également

Mlita, le Musée du Hezbollah


Pour rappel, selon le Ministère du Tourisme, le Liban se prépare actuellement à recueillir un nombre record de tourisme pour saison d’été 2019, notamment en raison de la levée de l’embargo des pays arabes.

Ainsi, l’Arabie Saoudite et d’autres pays arabes dont le Koweït et Bahreïn ont levé leur avertissement en date de novembre 2017 à se rendre au Liban. La semaine dernière, l’ambassadeur saoudien au Liban, Walid Bukhari, avait indiqué que 300 000 ressortissants de son pays pourraient ainsi se rendre au Pays des Cèdres.

Par ailleurs, les autorités libanaises ont rejeté les rumeurs faisant état de possible conflit avec Israël, estimant qu’il s’agissait de nuire aux revenus générés par l’industrie touristique.

La présence de touristes israéliens avait déjà été constatée au Liban, alors qu’il est interdit aux touristes y compris israéliens d’entrer au Pays des Cèdres en cas de présence de visas ou de tampons israéliens sur leurs passeports, exception faite à certains dignitaires religieux.

Ainsi, le journal Haaretz avait indiqué en 2017 qu’une centaine de touristes israéliens s’étaient rendus au Liban via la Jordanie ou Chypre en utilisant des passeports de pays tiers. Parmi eux, des ressortissants arabes israéliens d’origine libanaise, mais également quelques anciens militaires israéliens ayant mené des opérations au Liban lors des conflits de 1982 ou de 2006.

Le Liban et Israël sont techniquement en guerre depuis 1948. En vertu du boycott à l’origine décidé par la Ligue Arabe, il est interdit pour les ressortissants libanais de conduire des affaires ou d’avoir des liens commerciaux avec des ressortissants israéliens. Selon le code pénal libanais il est également interdit aux Libanais de communiquer avec des ressortissants israéliens, y compris sur les réseaux sociaux.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Article mis à jour:

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.