Des groupes de personnes du quartier à majorité chiite de Al-Khandaq al-Ghamiq se sont bagarrés avec les forces anti-émeutes des Forces de Sécurité Intérieure (FSI) alors qu’ils tentaient de pénétrer dans le centre-ville de Beyrouth pour en découdre avec les manifestants.

Empêchés à 2 reprises de pénétrer dans la zone où se rassemblent les manifestants qui en sont à leur 59ème jour au niveau du ring Fouad Chéhab, is s’en sont pris alors aux forces de sécurité présentes sur place.

Selon le communiqué des FSI, au moins un membre des forces de l’ordre aurait été blessé, les attaquants ayant fait usage de feu d’artifices, de pneus brûlés et ont tenté de lapider les FSI, obligés de répliquer avec des tirs de grenades lacrymogènes.

Les Forces de Sécurité mettent en garde les assaillants, indiquant que des mesures additionnelles strictes seront prises à l’encontre de ceux qui attaquent les membres des services de sécurité.

Ils auraient été identifiés comme appartenant au mouvement Amal.

Il ne s’agit pas de la première attaque du genre. Le 29 octobre dernier, un incident similaire avait eu lieu, le jour où le Premier Ministre sortant Saad Hariri avait annoncé sa démission.

Pour rappel, les manifestants ont débuté dans la nuit du 17 au 18 octobre, suite à l’adoption de nouvelles taxes. Les protestataires dénoncent une classe politique qu’ils considèrent comme étant corrompue, ayant mené le Liban à la quasi-faillite financière et en exigent le départ.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.