Le Premier Ministre au cours de sa visite du Port de Beyrouth, le 6 septembre 2019. Crédit Photo: Dalati & Nohra
Le Premier Ministre au cours de sa visite du Port de Beyrouth, le 6 septembre 2019. Crédit Photo: Dalati & Nohra

Après avoir géré durant 29 ans, le Port de Beyrouth, son comité “temporaire” sera remplacé, annoncé le Premier Ministre Saad Hariri, ce vendredi. Il s’agira d’en définir encore le futur, status avec soit le choix de constituer une compagnie privée ou via un partenariat public/privé, comme ceux en projet dans la cadre du plan d’aide économique au Liban CEDRE.

Une commission interministérielle sera chargée de définir la méthode de gestion à venir du Port de Beyrouth. Pour l’heure, le Ministre des Transports Youssef Fenianos et le directeur du comité temporaire Hassan Kraytem oeuvrent à formuler un avant-projet.

Pour rappel, la principale activité du Port de Beyrouth consiste en une activité de transbordement de marchandises. Équipée de 12 grues d’origine chinoise, de 39 portiques, sur une superficie de 450 000 mètres carrés arrivés à saturation dès 2009 et accueillant une capacité maximale annuelle de 1 500 000 EVP (Equivalent Vingt Pied ou TEU en anglais), le terminal container est sous-traité par un consortium géré par Mersey Dock and Harbord et Maritime Association de nationalité britannique.

Il réalise 23 mouvements par jours et envisage une extension sur les remblaies du 4ème bassin dont on parle actuellement beaucoup. Situé sur la route Marseille-Singapour, le port de Beyrouth est en effet devenu l’un des principaux ports d’escales pour les navires porte container, le trafic estimé pour la Méditerranée devant attendre 130 millions de TEU en 2015, un trafic donc accru ou le Port le Beyrouth se doit de rester compétitif. Il sert d’ailleurs de Hub de transbordement pour les 2 compagnies au premier rang dans le Monde, MSC et CMA-CG

En 2013, il a été décidé de l’extension des capacités de stockage de containers, avec la prolongation du quai de déchargement qui passera de 600 à 1 100 mètres de long et à tirant d’eau désormais de 16.5 mètres de profondeur.

Le Premier Ministre Saad Hariri a attribué ce succès au rôle joué par le secteur privé.

Cependant, tout en félicitant l’administration et son personnel, Saad Hariri a dénoncé la corruption “rampante”, estimant que “la combattre devrait rester l’une des principales considérations, aux côtés de «a mise en œuvre de réformes, l’adoption de lois avancées et l’arrêt de la contrebande“.

Je ne dis pas qu’il n’y a pas de problème de contrebande, il y a un problème et ce problème doit être traité par les forces militaires (…) Mettre un terme à la contrebande n’est pas la tâche de la commission temporaire, mais un devoir des services de sécurité, des douanes et des forces armées.
Saad Hariri, 6 septembre 2019

Pour rappel, en 2015, le Ministre des Finances, Ali Hassan Khalil, déjà à son poste, avait indiqué que la corruption des douanes libanaises – qui dépendent du Ministère des Finances – coute à l’état plus de 1,2 milliards de dollars annuellement.

Lire également

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire
Entrez votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.