L'arrivée du Président de la République, le Général Michel Aoun, à Tunis, à l'occasion du 30ème des chefs d'états des pays membres de la Ligue Arabe. Crédit Photo: Dalati & Nohra
L'arrivée du Président de la République, le Général Michel Aoun, à Tunis, à l'occasion du 30ème des chefs d'états des pays membres de la Ligue Arabe. Crédit Photo: Dalati & Nohra

Le Président de la République, le Général Michel Aoun s’est rendu ce samedi en Tunisie pour participer au sommet des chefs d’état de la Ligue Arabe.

À ses côtés, le Ministre des Affaires étrangères , Gébran Bassil, la ministre de l’intérieur, Raya Hassan, le ministre d’état en charge du dossier des réfugiés Saleh el-Gharib, le ministre de la culture Mohammed Daoud.

Parmi les principaux dossiers sur la table, la reconnaissance par les USA de la souveraineté israélienne sur le plateau stratégique du Golan syrien, capturé lors de la guerre de 6 jours en 1967 ou encore du statut de Jérusalem. Parmi les contentieux, les territoires des fermes de Chébaa ou encore les collines de Karchouba, à l’origine libanaises, revendiquées par Damas et contrôlées depuis cette date par Israël qui les considère comme faisant parti du Golan.

À noter également la première réunion publique où sont présents à la fois les dirigeants de l’Arabie Saoudite et du Qatar depuis la crise entre les 2 états en 2017.

Certaines sources indiquent que la position libanaise appelant au retrait de l’initiative pour la Paix Arabe « territoire contre la Paix » ne serait pas adoptée, les Pays des la Ligue Arabe se contentant de réitérer cet appel.

Pour rappel, en date du sommet de la Ligue qui s’était tenu en 2002 à Beyrouth, ce sommet avait adopté un plan de paix à l’initiative de l’Arabie Saoudite et intitulé « Initiative de paix arabe ». Il proposait à Israël une paix globale en échange du retrait des territoires occupés depuis 1967 (la Cisjordanie, Gaza et le Golan syrien), de la création d’un État palestinien avec pour capitale Jérusalem-Est, et d’une solution au problème des réfugiés palestiniens. Cependant ce plan a aujourd’hui peu de chances de se concrétiser vu les dernières décisions américaines.

La question de la souveraineté du Golan et des territoires libanais annexés par Israël au centre des préoccupations libanaises

À l’occasion d’un déplacement en Bulgarie, le Ministre des AF libanais, Gébran Bassil a indiqué s’attendre à une forte réaction des pays arabes sur ce dossier, estimant que les USA ont violé la charte des Nations Unis.

Gébran Bassil a estimé que les Pays Arabes soutiennent la restauration de la souveraineté syrienne sur le Golan et réitéré la souveraineté du Liban sur les fermes de Chebaa, les collines de Kfarchouba ou encore le village de Ghajar, à l’origine du côté du Golan Syrien et qui s’était développé su coté des frontières libanaises à la faveur de l’occupation israélienne.

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.