Le Ministre des Affaires sociales, Rachid Derbas. Crédit Photo: NNA
Le Ministre des Affaires sociales, Rachid Derbas. Crédit Photo: NNA

Les autorités libanaises pourraient déménager plusieurs milliers de réfugiés syriens de la localité d’Arsal dans la Békaa, vers des territoires moins proches des frontières syriennes, ont annoncé des sources sécuritaires au quotidien arabophone As Safir dans son édition datée de ce lundi. Ces mesures viseraient à empêcher à ce que des groupuscules terroristes comme Al Nosra ou Daech puissent opérer en s’infiltrant parmi les populations de réfugiés, transformant les camps actuels en zone de non-droit.

Le ministre des affaires sociales, Rachid Derbas a également renouvelé dans les colonnes du même quotidien, son appel à l’établissement de camps « centraux » de réfugiés éloignés des frontières syriennes, afin « de contenir une distribution aléatoire de réfugiés » sur l’ensemble du territoire libanais. Le ministre a également précisé que 1500 camps provisoires sont également présents au Liban, réfutant toute naturalisation des réfugiés syriens, se déclarant confiant à un retour de la Paix en Syrie.

Ces informations interviennent alors que des sources sécuritaires disent s’attendre à une reprise des combats entre groupuscules terroristes Al Nosra et Daech, acronyme de l’Organisation de l’Etat Islamique, qui se sont désormais alliés dans cette zone frontalière. Ces derniers viseraient à établir une zone qu’ils contrôlent entre la région syrienne du Qalamoun et les localités libanaises de Mandel Aanjar et d’Arsal. Ils profiteraient également de la complicité de certains ressortissants libanais et de réfugiés syriens présents au Liban. Des services de renseignements occidentaux ont également mis en garde les autorités libanais contre de possibles opérations contre des localités chrétiennes et chiites de la région, les groupuscules terroristes cherchant à provoquer un conflit d’ordre communautaire au Liban.

C’est également dans le maquis de la localité d’Arsal que seraient présents les 19 membres des forces sécuritaires et de l’Armée Libanaise kidnappés et aux mains de ces mêmes groupuscules terroristes, pris lors d’une attaque de la localité en aout et septembre 2014. 4 membres des services sécuritaires libanais ont été tués. Les négociations avec ces derniers en vue d’obtenir leur libération se trouverait actuellement dans l’impasse.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.