Moins d'une minute de lecture

Le Premier Ministre a rencontré ce lundi, le responsable américain en charge de la lutte contre les réseaux de financement terroriste, Marshall Billingslea pour discuter des relations financières et économiques entre le Liban et les Etats-Unis.

Le sous-secrétaire du Trésor en charge de la lutte antiterroriste avait précédemment rencontré le gouverneur de la Banque du Liban. À l’issue de cette réunion, Riad Salamé a réfuté toute imposition de nouvelles sanctions à l’encontre de banques libanaises. Ces rumeurs interviennent alors que les autorités américaines ont sanctionné fin août dernier, la Jamal Trust Bank, suite à des accusations selon lesquelles, elle serait liée au Hezbollah. L’établissement bancaire a finalement choisi de s’auto-liquider en raison de l’impossibilité pour elle, désormais, de fournir des services financiers à sa clientèle.

À l’issue d’une réunion avec le Premier Ministre Libanais Saad Hariri et du Président du Parlement Nabih Berri, Marshall Billingslea a cependant indiqué que les nouvelles sanctions économiques concerneront les personnes et les entités fournissant un soutien matériel tel que des armes, ou financier au Hezbollah et ne concerneront pas celles alliées politiquement au mouvement chiite, écartant ainsi les risques qui pesaient sur le Courant Patriotique Libre, le mouvement Amal, voir même sur les partis présent au sein du gouvernement libanais.

Ces propos interviennent alors qu’à plusieurs reprises, des responsables américains ont annoncé la tenue d’un nouveau train de sanctions économiques à l’encontre du Hezbollah et de ses alliés.

Marshall Billingslea conclura sa visite ce mardi.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.