S’exprimant devant une délégation de l’association des Banque du Liban menée par son président Salim Sfeir, le premier ministre Najib Mikati dont le mandat arrive à terme le 15 mai prochain a estimé que”le plan de relance donne la priorité à la préservation des droits des personnes et à la réactivation des différents secteurs productifs, ainsi qu’à la préservation du secteur bancaire, qui constitue un élément clé de la reprise économique”.

“Tout ce qui est dit sur la violation des droits des déposants et sur le secteur bancaire vise à créer la confusion et à faire monter les enchères”, a poursuivi Najib Mikati en dépit d’une nécessaire restructuration du secteur bancaire confronté à d’importantes pertes financières estimées à plus de 70 milliards de dollars selon les propres chiffres de son gouvernement et que les réserves monétaires de la Banque du Liban sont désormais épuisées obligeant au recours des sommes obtenues via le droit de tirages spéciaux du FMI obtenus en septembre 2021 et à l’origine destinés au financement du programme d’aide aux franges les plus vulnérables face à la crise économique.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.