2 minutes à lire

Après avoir imposé, pour la seconde semaine consécutive, des sanctions économiques à l’encontre de personnalités accusées de complicité avec le Hezbollah, les autorités américaines ont accusé le mouvement chiite de stocker du nitrate d’ammonium dans différents pays européens.

Ainsi, selon Nathan Sales, coordinateur pour la lutte anti-terroristes, lors d’un forum en ligne organisé par l’American Jewish , le Hezbollah aurait ainsi transféré certaines quantités de cette substance de Belgique vers la France, la Grèce, l’Italie, l’Espagne, la Suisse via des kits de premier secours, ces dernières années. Le nitrate d’ammonium serait toujours possiblement présent en Grèce, en Italie ou encore en Espagne.

Nathan Sales accuse le Hezbollah de stocker cette substance qui peut être militarisée pour pouvoir mener des opérations terroristes quand il jugera ou que l’Iran le jugerait nécessaire.

Le responsable américain a également réfuté l’argumentation française et d’une partie des pays de l’Union Européenne à l’exclusion de quelques pays comme l’Allemagne, d’une aile militaire considérée terroriste et d’une aile politique avec des négociations sont possibles

Mike Pompeo: le Hezbollah exploite le système de corruption comme les autres partis libanais

Par ailleurs, commentant l’imposition de nouvelles sanctions économiques, le secrétaire d’état américain en charge des affaires étrangères Mike Pompeo a accusé le Hezbollah d’exploiter le système corrompu libanais”, comme les autres partis politiques.

Cette information intervient alors que des informations font état de la collusion de la grande majorité des partis politiques libanais dans un vaste réseau de financement de leurs activités via le port de Beyrouth aujourd’hui dévasté par l’explosion du 4 août 2020.

Le responsable américain a ainsi estimé que les dirigeants politiques libanais exploitent le manque de transparence de l’économie locale pour s’enrichir tout en présentant défendre le droit de la population. En dépit de ses affirmations, le Hezbollah serait autant impliqué que les autres partis politiques, estime Mike Pompeo.

Il faisait ainsi allusion aux sanctions économiques instaurées hier par le département du trésor des Etats-Unis visant 2 entreprises libanaises accusées de financer le mouvement chiite via l’obtention de marchés publics. L’ancien ministre des Transports et des Travaux Publics, Youssef Fenianos est ainsi accusé d’avoir favorisé les 2 entreprises en question, afin qu’elles puissent remporter les appels d’offres.

Mike Pompeo rappelle que des manifestations ont régulièrement lieu au Liban afin de dénoncer la corruption qui touche tout autant la classe politique libanaise que les administrations publiques.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.