Moins d'une minute de lecture

S’exprimant dans les colonnes du magazine Paris Match, le Président de la République, le Général Michel Aoun, a réfuté les rumeurs faisant état de la présence de personnes corrompues au sein de sa famille.

« Personne au sein de ma famille n’est corrompue. Mais si nous supposons qu’un membre de ma famille est impliqué, je le traiterais comme je traiterai les autres et je réfèrerai son dossier à la justice libanaise pour qu’il puisse être puni », a indiqué le chef de l’état, avant de déclarer ne pas regretter d’avoir accédé à la Présidence de la République.

« Je n’ai jamais échappé à mes responsabilités, mais plutôt je les porte jusqu’au bout », a également poursuivi le Général Michel Aoun.

Par ailleurs, le chef de l’état a accusé la classe politique locale de protéger la corruption. L’enquête doit inclure toutes les institutions officielles et cela de manière transparente.

Abordant le sujet de l’aide internationale, le président de la république reconnaît que le Liban ne peut plus s’en passer et que celle-ci est conditionnée aux réformes. « Nous avons bien reçu le message », note le chef de l’état qui estime par ailleurs que la mise en œuvre de ces réformes nécessite un gouvernement fonctionnel.

Au sujet de l’explosion qui a ravagé le port de Beyrouth, le général Aoun indique comprendre les souffrances des victimes face à cette tragédie, indiquant également veiller à ce que l’enquête se fasse en toute transparence pour désigner des coupables.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.