10 minutes à lire

L’agence de notation Standard & Poor’s a confirmé les notations d’eurobonds à long et court terme à SD/SD (soit à un défaut sélectif. Les notations à long et court terme des obligations en devise locale sont, quant à elles à CC / C. Les perspectives sur les notations en monnaie locale sont négatives.

Abordant la question de l’explosion du port de Beirut, celle-ci a aggravé la situation économique libanaise, note l’agence de notation. Elle rappelle par ailleurs que le gouvernement libanais reste en défaut sur ses obligations en devises depuis mars 2020 et que la démission du gouvernement Hassan Diab pourrait encore retarder les réformes économiques, politiques et monétaires indispensables pour obtenir l’aide économique internationale et pour mener les négociations sur la restructuration de la dette.

Par ailleurs, les notations de certaines obligations libanaises ont été abaissées de CC à D (défaut) après que le gouvernement libanais ait échoué à honorer le paiement de leurs coupons.

Il s’agit notamment des séries d’obligations suivantes:

Obligations à moyen terme de 1,1 milliard de dollars, 6,00% échéant le 27 janvier 2023.
Obligations de 800 millions de dollars à 6,20% échéant le 26 février 2025.
Obligations de 1,4 milliard de dollars à 6,65% échéant le 26 février 2030.

Par ailleurs, les notations restent négatives pour les obligations en devise locale, le gouvernement décidera probablement de restructurer sa dette interne dans un programme de restructuration plus large, note le rapport, ce qui pourrait aboutir à un abaissement des notes des obligations libellées en livres libanaises à SD.

Cette perspective à la baisse pourrait être vue et cette fois-ci à la hausse en cas de “soutien financier important des donateurs qui devait se concrétiser, permettant au gouvernement de mettre en œuvre des réformes immédiates et transformatrices, ou si des réformes significatives conduisaient à une croissance économique soutenue et forte.”

Selon le communiqué

En mars 2020, le gouvernement libanais a annoncé qu’il cesserait de payer ses obligations commerciales en devises étrangères, qui s’élevaient à environ 31 milliards de dollars d’euro-obligations. Le Liban a fait défaut sur trois paiements de principal d’euro-obligations – dus en mars, avril et juin 2020 – ainsi que sur les paiements d’intérêts dus sur toutes les autres euro-obligations en circulation. Les pressions sur la capacité du gouvernement à rembourser la dette ont commencé à s’intensifier en 2019 alors que la principale source de financement – les entrées de dépôts des non-résidents – a diminué, érodant la confiance dans l’ancrage de la monnaie libanaise au dollar américain et pesant sur les réserves de change.

Le pays est également sous le choc des pertes en vies humaines et des dommages causés par une explosion dans le port de Beyrouth le 4 août 2020. Elle s’est produite dans un entrepôt où 2750 tonnes de nitrate d’ammonium avaient été stockées pendant plus de six ans. La cause initiale de l’incendie reste incertaine et une enquête est en cours; l’explication la plus probable à ce jour semble être une négligence grave de la part des autorités. Au milieu des tensions sociales croissantes et de la colère publique dirigée contre l’élite politique, le gouvernement libanais, dirigé par le Premier ministre Hassan Diab, a démissionné le 10 août.

Même avant ces événements récents, le Liban avait fait des progrès limités dans la participation des créanciers aux négociations sur la restructuration de la dette. Bien que le FMI fournisse une expertise technique, un programme financé reste insaisissable car les principales institutions politiques et acteurs libanais sont incapables de s’entendre sur les causes et l’ampleur de la crise dans le pays. Sans un engagement fort à mettre en œuvre des réformes structurelles économiques, fiscales et monétaires, et en l’absence d’un ancrage politique fourni par un programme du FMI, nous prévoyons que les négociations de restructuration se prolongeront au-delà de 2020. Les défis existants sont aggravés par la pandémie COVID-19, qui a porté un nouveau coup à une activité économique déjà affaiblie et aux recettes publiques.

Le gouvernement n’a pas encore annoncé de restructuration de ses obligations de dette en monnaie locale, qui représentent environ 110% du PIB (63% de la dette totale). Nos notes «CC» et «C» sur la dette libanaise en monnaie locale reflètent notre attente selon laquelle une restructuration est très probable si le pays veut asseoir sa dette publique sur des bases durables. En l’absence d’accord avec les investisseurs, la pression sur la monnaie restera et le fardeau de la dette des administrations publiques devrait atteindre plus de 200% du PIB cette année.

Profil institutionnel et économique: Nous considérons la gouvernance et l’efficacité institutionnelle du Liban comme très faibles

Les progrès dans la relance de l’économie et du système financier libanais dépendront du temps nécessaire pour former un nouveau gouvernement et de sa composition.
De profondes divisions sectaires dans le système politique et des risques élevés pour la sécurité régionale continueront à entraver l’élaboration des politiques, à notre avis.
Nous prévoyons une forte contraction économique en termes réels de 25% en 2020.
L’explosion tragique à Beyrouth s’est produite alors que le pays était déjà confronté à de graves tensions économiques et financières, avec une inflation paralysante de 39% en glissement annuel au premier semestre 2020, des contrôles des capitaux, un écart croissant entre les taux de change officiels et parallèles. et les niveaux de chômage et de pauvreté en forte hausse. Les dommages au port de Beyrouth perturberont davantage le commerce et l’approvisionnement alimentaire, tandis que la reconstruction coûtera probablement des milliards de dollars au pays. Les donateurs internationaux, coordonnés par le président français Emmanuel Macron, ont promis environ 300 millions de dollars d’aide humanitaire immédiate. Cependant, le soutien supplémentaire des donateurs – y compris les 11 milliards de dollars promis lors de la conférence du Cedre en 2018 – est subordonné à des réformes politiques.

La démission du gouvernement actuel pourrait dissiper certaines tensions sociales et permettre à un nouveau gouvernement de stimuler les efforts de réforme. Cependant, l’absence de consensus au sein de l’élite politique pourrait retarder davantage la reprise économique et le processus de restructuration de la dette.

Nous voyons des contraintes à long terme sur le profil institutionnel et économique du Liban, résultant en grande partie d’un environnement politique fragmenté organisé selon des lignes confessionnelles. Le dysfonctionnement politique persistant et la faiblesse de la gouvernance ont entraîné une baisse de confiance des déposants, une faible activité économique et des manifestations généralisées depuis début octobre 2019.

Nous prévoyons une baisse du PIB réel de 25% en 2020 dans un contexte d’incertitude politique, de manque de réformes pour débloquer des financements extérieurs, de contrôles des capitaux en cours limitant la capacité du Liban d’importer des marchandises et des effets de la pandémie COVID-19. Nous prévoyons que le déficit du compte courant diminuera fortement à 4% du PIB en 2020, contre plus de 20% en 2019, en grande partie à cause des pénuries de devises. Dans le passé, le modèle économique du Liban reposait sur les dépôts des non-résidents pour alimenter la consommation intérieure, ce qui se traduisait par des déficits commerciaux toujours importants compte tenu du contenu importé élevé et d’un taux de change surévalué.

Nous prévoyons également que les risques de sécurité intérieure et extérieure resteront élevés. La stabilité sociale est fragile compte tenu de la profonde crise économique. Le verdict du Tribunal Hariri et la condamnation d’un membre du Hezbollah pour l’attentat à la bombe qui a tué le Premier ministre Rafik al-Hariri il y a 15 ans pourraient faire monter les tensions sectaires. La crise syrienne s’est quelque peu atténuée, mais n’a pas encore été résolue, et nous nous attendons à ce que les trajectoires politique, sécuritaire et économique du Liban restent gravement affectées par celles de son plus grand voisin. Les tensions entre le Hezbollah et Israël restent également élevées.

Flexibilité et profil de performance: il est peu probable que la viabilité de la dette soit atteinte sans des politiques d’ajustement substantielles et des annulations de prêts

La banque centrale et les banques nationales détiennent environ 77% de la dette du gouvernement central, et la restructuration des prêts aura probablement des répercussions importantes sur le système financier.
L’ancrage de la monnaie est fortement sollicité, avec l’émergence de taux de change multiples et la dépréciation rapide de la livre libanaise sur les marchés informels.
Le futur plan de relance du Liban sera probablement lié à des réformes fiscales et à la réduction des pertes des entreprises publiques, notamment la Banque du Liban (BdL; la banque centrale) et Electricite du Liban. Nous prévoyons également que le plan comprendra des réformes du secteur bancaire, des réformes structurelles pour encourager l’investissement et la productivité du secteur privé, la dévaluation de la monnaie et des contrôles officiels des capitaux. Il ne sera pas possible de s’attaquer aux faiblesses structurelles du Liban sans une forte volonté politique et le soutien des organisations multilatérales et des partenaires bilatéraux, accompagnés d’un important re-profilage de la dette.

L’important stock de la dette publique libanaise s’élevait à 93 milliards de dollars à fin mai 2020, dont les non-résidents ne détenaient que 10 à 15%. La partie restante est détenue directement ou indirectement (avec BdL comme intermédiaire) par les banques nationales. Étant donné que la dette du Liban est principalement détenue par des résidents, la restructuration aura des effets d’entraînement sur l’ensemble de l’économie, y compris le système financier national. Un rapport de Lazard – un cabinet de conseil financier et l’un des conseillers du gouvernement – a suggéré que les dommages aux bilans des banques pourraient être corrigés, dans une certaine mesure, par des renflouements des actionnaires de la banque et d’une partie des déposants. comme par fusions et liquidations. Le FMI a également recommandé que le fardeau de la recapitalisation des banques soit supporté en partie par les élites qui ont bénéficié de «rendements excessifs» dans le passé. Cependant, ces questions seront politiquement et socialement controversées.

L’ancrage de la monnaie libanaise au dollar américain est défaillant en raison d’un accès réduit aux financements extérieurs et aux entrées de dépôts en devises, ce qui entraîne une baisse constante des réserves de change. Des restrictions étendues sur les retraits et les transferts de dépôts en devises ont entraîné une dépréciation rapide du taux de change sur les marchés parallèles et des pratiques de taux de change multiples. La valeur de la livre libanaise a plongé au-dessus de 10 000 pour un dollar fin juin sur le marché parallèle, contre un taux de change officiel de 1 507,5. Pendant ce temps, le taux de dollarisation des dépôts a atteint environ 80%.

Nous considérons que la BdL ne dispose que de tampons limités pour contrer une détérioration continue de la balance des paiements. Alors que la banque centrale continue de détenir un niveau raisonnablement élevé de réserves de change liquides brutes d’environ 20 milliards de dollars (hors or, les avoirs en euro-obligations libanaises et les facilités de change fournies aux banques) à la fin juin 2020, elle détient également des réserves importantes (mais non publiées publiquement) et les engagements en devises. Les opérations d’ingénierie financière depuis 2016 ont considérablement augmenté les engagements nationaux en devises de BdL, bien que de longue durée. BdL possédait également des réserves d’or d’environ 16 milliards de dollars, mais celles-ci ne peuvent être utilisées sans une législation parlementaire.

Nous estimons le déficit budgétaire du Liban à 12% du PIB en 2020, intégrant une baisse de près de 40% des recettes publiques et un espace budgétaire limité pour répondre à de multiples chocs économiques. Le ratio recettes fiscales / PIB était déjà faible en 2019, à environ 15%, et l’évasion fiscale généralisée. La flexibilité budgétaire du Liban a été historiquement limitée par des frais d’intérêt élevés – environ 60% des recettes publiques en 2019, le ratio le plus élevé parmi nos souverains notés.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français