Le Président Michel Aoun assis sur la chaise présidentielle. Crédit Photo: Dalati & Nohra

Le Président de la République, le Général Michel Aoun, a conduit une série de discussions ce matin au sujet de la politique de dissociation du Liban en rapport avec les conflits régionaux.

La Présidence de la République s’est déclarée satisfaite de ces discussions, estimant que tous les partis ont adhéré à la nécessité de maintenir l’unité nationale, la stabilité et la sécurité du Liban.

Ces discussions interviennent comme annoncées suite à la démission puis au retrait de la décision du Premier Ministre Saad Hariri, le 22 novembre dernier.

Parmi les participants, le Ministre des finances Ali Hassan Khalil, représentant le mouvement Amal qui a insisté sur la poursuite du travail du cabinet actuel et le député du Hezbollah, Mohammed Raad, qui a indiqué que le positionnement du mouvement chiite est identique à celui de la Présidence de la République, cela afin d’assurer la protection du Pays des Cèdres, sa stabilité et son indépendance.

Les jours précédents, le Général Michel Aoun avait lié l’existence de l’armement du mouvement chiite aux problèmes régionaux et notamment au conflit civil syrien et au conflit israélo-arabe

Parmi les autres personnalités qui se sont rendus au Palais Présidentiel de Baabda, le député Kataëb, Samy Gemayel a estimé nécessaire que le Liban maintienne une neutralité liée à la souveraineté de l’Etat et non une politique de dissociation.

Pour sa part, le député Walid Joumblatt a salué la sagesse du Président de lRépublique suite à la crise provoquée par la démission du Premier Ministre Saad Hariri alors que le dirigeant des Forces Libanaises Samir Geagea a appelé au retour des réfugiés syriens dans des zones protégées.