2 minutes à lire

Le gouvernement devrait se réunir ce mardi et évoquer le plan de sauvetage économique et financier rendu public par une source anonyme, alors que de nombreuses personnalités donc le Président de la Chambre Nabih Berri, dont un proche occupe le Ministère des Finances, a fait connaitre son opposition à toute décote ou haircut visant les dépôts bancaires.

Pour rappel, ce plan souligne une nécessaire contribution exceptionnelle des gros déposants à la recapitalisation des établissements bancaires, le capital existant de ces derniers ne suffisant pas pour sauver les dépôts privés après la mise en état de défaut de paiement de l’état.

Ainsi, un conseil des ministres devrait se tenir au Grand Sérail sous les auspices du Premier Ministre Hassan Diab, indique l’agence nationale d’information (ANI). À l’ordre du jour, la situation économique et monétaire ainsi que le renouvellement des contrats de gestion des ordures et la création de nouveaux centres de tri.

Ce weekend de Pâques a été marqué par les déclarations de dirigeants religieux qui ont rejeté par avance ce plan appelant plutôt au recouvrement des fonds détournés.

Ainsi, le Mufti de la République Abdel-Latif Derian a indiqué n’accepter aucune mesure ou décision concernant l’argent des déposants. le rôle de l’état serait de protéger leurs épargnes, a poursuivi le dirigeant sunnite.

Son de cloche identique du président du Haut conseil supérieur chiite, Abdel Amir Qabalan, qui appelle l’état “à protéger l’argent du peuple, à stabiliser la livre libanaise et à lancer un plan de sauvetage pour mettre fin à l’effondrement économique”, tout en mettant fin à la corruption.

Dans son sermon de Pâques, le Patriarche Maronite, Béchara Boutros Rahi, a appelé à la levée de taxes pour préserver l’argent des gens dans les banques.

Ce positionnement a été rejoint par celui du Président de la Chambre qui a déclaré son opposition à la conversation de dépôts bancaires en action des établissements financiers.

Il a ainsi déclaré que ce plan de sauvetage, qui aurait été rédigé par la Banque Lazard n’est pas celui du Ministère des Finances. Ainsi dans les colonnes du Journal Al Joumhouria, Nabih Berri indique qu’il sera la personne la plus opposée à tout type de haircut, tout en s’en prenant au secteur bancaire qui doit porter sa part de responsabilité dans un système de corruption, de détournement d’argent public, de contrebande .

Ce domaine d’activité doit cependant être conservé puisqu’il ne peut y avoir résurrection de l’économie sans un système bancaire fort et solide.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.