2 minutes à lire

L’ancienne ministre de l’énergie Nada Boustani est convoquée comme témoin par un juge d’instruction de la cour de justice de Baabda, le juge Nicolas Mansour, apprend-on ce mardi, dans le cadre de l’enquête concernant l’achat de fioul frelaté. Son interrogatoire devrait intervenir dès ce mercredi.

L’ex-ministre avait demandé, il y a 3 jours, à être entendue dans le cadre de cette affaire.

Cette information intervient alors que les bureaux de la compagnie ZR Group, qui avait remporté les appels d’offres du mois de novembre pour l’achat de 150 000 tonnes de fioul par le gouvernement libanais en vue de rassurer les marchés face à une possible pénurie induite par la crise de liquidité locale, ont été perquisitionnés par les Forces de Sécurité la semaine dernière à la demande de la procureur du Mont Liban, la juge Ghada Aoun.

À cette époque, la cargaison coutait 25 dollars de moins que le prix des carburants généralement importés par les opérateurs locaux et 70% du marché local.

Pour l’heure, 21 personnes, employées à la fois par le Ministère de l’Energie et par ZR Group ont été mis en examen.

Aussi, il est attendu qu’un autre ancien ministre témoigne prochainement. Il s’agirait de Mohammed Fneish, membre du Hezbollah, après qu’un accord ait été conclu durant son mandat avec la compagnie algérienne Sonatrach. Il s’agissait alors de l’achat du fioul nécessaire à la production d’électricité de l’EDL. Le directeur général de l’Electricité du Liban, Kamal Hayek, est également attendu par la justice.

Cette information fait suite à la découverte au mois de mars de fioul frelaté à destination des centrales de Jiyeh au sud de la capitale et de Zouk au Nord de Beyrouth.

Les propriétaires de ZR Group, Raymond et Teddy Rahmé, qui sont également des actionnaires de plusieurs banques libanaises et des proches de certains dirigeants politiques comme Samir Geagea ou comme de Gébran Bassil selon la presse locale, sont accusés d’être impliqués dans différents scandales.

Ainsi, Raymond Rahmé avait été accusé d’être impliqué dans la mort d’un trafiquant d’armes américain, Dale Stoffel en 2004 ou encore dans le détournement de fonds de la compagnie de télécommunication Korek par Iraq Telecom, une filiale de l’entreprise française Orange et de la koweitienne Agility.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.

1 COMMENTAIRE

  1. Je plains cette pauvre Madame Boustani a qui on essaye de faire porter le chapeau.
    Allez plus loin dans les années passées , par exemple dans les contrats des stations électriques signés avec des Sociétés Turque vous y découvrirez très probablement des sujets bien plus intéressants ….

Comments are closed.