9 minutes à lire

S&P Global Ratings a confirmé la note CCC/C en dépit du défaut sélectif des banques libanaises en raison du contrôle des capitaux. Cependant les perspectives restent négatives.

L’Agence de Notation rappelle que les notations sur le Liban sont soumises à certaines restrictions de publication énoncées à l’article 8 bis du règlement de l’Union Européennes, en vertu duquel, sur les agences de notation de crédit, les écarts par rapport au calendrier annoncé ne sont autorisés que dans des circonstances limitées et doivent être accompagnés d’une explication détaillée des raisons de l’écart.

Ainsi, la raison de l’écart est le défaut sélectif des banques commerciales libanaises, que nous considérons comme un développement financier important. La prochaine publication de notation prévue sur la notation souveraine du Liban aura lieu début 2020.

Selon S&P, le maintien de la perspective négative est présent en raison du risque pour la solvabilité du Liban suite à l’intensification des pressions financières et monétaires liées aux manifestations généralisées et à la démission du gouvernement.
Ainsi, S&P pourrait abaisser les notes au cours des six à 12 prochains mois après un examen de la réponse des pouvoirs publics aux pressions financières, économiques et sociales aiguës, et dans quelle mesure les autorités seront en mesure de restaurer la confiance des déposants.

L’agence estime cependant pouvoir relever les notes suite à la formation opportune d’un nouveau gouvernement capable de faire avancer les réformes immédiates pour endiguer les retraits de dépôts et apaiser les tensions sociales.

“Un soutien important des donateurs extérieurs qui pourrait aider à atténuer les pressions budgétaires et à renforcer la confiance dans le rattachement des devises pourrait également contribuer à une action de notation positive.”

Enfin, ils indiquent pouvoir baisser les notes si la confiance et la stabilité de la parité des devises s’affaiblissaient davantage, ce qui exercerait une pression supplémentaire sur la capacité du gouvernement à rembourser ses échéances de dette à venir au milieu d’importants besoins de financement extérieur, ou encore si le gouvernement manifestait son intention de restructurer sa dette existante, ce qui impliquerait que les investisseurs recevront moins de valeur que la promesse des titres d’origine.

Malgré d’importantes pressions financières et l’imposition de restrictions de change (FX), le gouvernement central du Liban reste à jour sur ses obligations commerciales. Il a remboursé une échéance en euro-obligations de 1,5 milliard de dollars américains et environ 1 milliard de dollars de paiements de coupons en novembre, en temps opportun. En 2020, le gouvernement a 2,5 milliards de dollars d’échéances principales et 2,2 milliards de dollars de paiements de coupons dus sur ses obligations en devises. De plus, il devra rembourser sa dette en monnaie locale et des intérêts équivalant à environ 10 milliards de dollars (près de 18% du PIB) en 2020.

Notre prévision de base est que le gouvernement libanais continuera de s’appuyer sur les réserves de change brutes existantes de la Banque du Liban (BdL; la banque centrale), qui, à l’exclusion de l’or et des euro-obligations, sont estimées à 32 milliards de dollars à fin décembre 2019, pour aider à respecter ses échéances à court terme. Ces réserves ont légèrement diminué, passant de 34,5 milliards de dollars en octobre. 31 janvier 2019. Nous excluons 5,7 milliards de dollars d’euro-obligations d’État détenues au bilan de la BdL à la mi-décembre des réserves brutes déclarées.

L’affirmation de la notation est également revenue à notre avis que les mesures extraordinaires récemment adoptées par la banque centrale (y compris le paiement des intérêts des banques commerciales sur leurs dépôts en dollars américains auprès de BdL en partie en livres libanaises) visent à réduire les États-Unis de la BdL. passifs en dollars, qui dépassent ses réserves de change. À notre avis, les actions des autorités sont de facto une tentative de donner la priorité à l’accès aux devises pour le gouvernement central, au détriment de l’imposition de restrictions à la capacité des banques commerciales de retirer librement leurs dépôts en devises et de l’intérêt correspondant dans les devises. Cela pourrait atténuer quelque peu le risque de paiement à court terme pour le souverain en donnant la priorité aux remboursements souverains dans l’espoir que – en finançant un plan de réforme budgétaire crédible – peut-être que la confiance et les apports de dépôts dans le grand système financier libanais puissent être restaurés.

Les conséquences immédiates de ces mesures extraordinaires sont de limiter davantage et à temps et intégralement l’accès des particuliers à leurs dépôts bancaires, car la rémunération diffère des conditions contractuelles d’origine. Reflétant cela, le décembre Le 18 janvier 2019, nous avons abaissé nos notes de crédit à long terme des émetteurs des banques libanaises à SD '' de CCC ”. Cela faisait suite à la publication d’une circulaire de la BdL demandant aux banques de payer, au cours des six prochains mois, la moitié des intérêts dus en dollar américain des dépôts à terme libellés en dollars, et l’autre moitié, en monnaie locale, c’est à dire en livres libanaises. Nous notons que BdL paie également des intérêts pour les banques commerciales qui possèdent des dépôts en dollars placés à BdL dans la même proportion de moitié en dollars et l’autre moitié en livres libanaises. La circulaire offrait également des taux d’intérêt plus bas lors du renouvellement des dépôts.Nonobstant notre opinion selon laquelle le risque de paiement à court terme sur les obligations de la dette souveraine reste globalement inchangé par rapport aux hypothèses de notre action de notation de novembre (voir «Liban Notes abaissées à« CCC / C »sur l’augmentation des risques financiers et monétaires; perspectives négatives», nov. 15, 2019), le modèle de financement public reste soumis à des pressions importantes et risque de se révéler insoutenable.

Le risque d’un vide politique prolongé exacerbe l’incertitude politique. À la suite de manifestations de grande ampleur en cours depuis début octobre, le Premier ministre Saad Hariri a démissionné en octobre. 29. Dec. Le 19, Hassan Diab a été nommé Premier ministre mais n’a pas encore formé de coalition. Si un nouveau gouvernement est formé bientôt et est en mesure d’introduire des réformes politiques immédiates pour lutter contre l’important déficit budgétaire, les pénuries d’énergie et la corruption, cela peut aider à dissiper les tensions sociales et à soutenir la confiance des déposants. Cependant, le système de partage du pouvoir politique fragmenté et fondé sur la religion au Liban pourrait retarder toute solution politique. En outre, les réformes potentielles peuvent ne pas être suffisantes pour résoudre fondamentalement les fortes tensions financières et économiques. Nous prévoyons que le déficit des administrations publiques s’élèvera en moyenne à environ 10% du PIB sur 2019-2022. En raison des besoins de financement importants du Liban, nous prévoyons que la dette publique brute augmentera à 168% du PIB d’ici 2022, contre environ 140% en 2018.

Bien que nous estimions que la BdL accordera la priorité au remboursement de la dette publique par rapport à d’autres obligations, l’augmentation des pressions financières augmente la probabilité qu’un nouveau gouvernement cherche à restructurer sa dette. Sans croissance des dépôts, les banques nationales ne seront probablement pas en mesure de continuer à financer les besoins de financement importants du gouvernement et la dette arrivant à échéance. La croissance des dépôts des non-résidents et du total avait, par le passé, fourni une source fiable de financement pour le compte courant et les déficits budgétaires, respectivement. Malgré les contrôles des capitaux, nous prévoyons que les sorties de fonds s’accéléreront au cours des prochains mois. Les avoirs des non-résidents dans la dette publique sont faibles, à environ 10% de la dette commerciale, et nous nous attendons à ce que les institutions internationales puissent s’abstenir d’investir dans les obligations négociées du Liban.

À notre avis, le Liban pourrait finalement faire face à des choix politiques difficiles en ce qui concerne les futurs régimes monétaire et bancaire. L’imposition continue de restrictions sur les retraits de dépôts en devises par les banques augmente la probabilité de contrôles officiels des capitaux à part entière. D’un autre côté, des retraits de dépôts persistants non contrôlés pourraient, dans un scénario grave, entraîner la fin de l’ancrage des devises aux États-Unis. dollar. Cette dernière évolution pourrait accroître encore les pressions déjà élevées sur la dette publique, étant donné que près de 40% de la dette publique est libellée en devises. Nous comprenons que la livre libanaise se négocie actuellement avec un rabais substantiel par rapport au taux de change officiel LBP-USD sur le marché parallèle.

Nous considérons que BdL ne dispose que de tampons limités pour contrer une détérioration de la balance des paiements. Alors que les réserves de change brutes totales (à l’exclusion de l’or et des euro-obligations) restent à 32 milliards de dollars US à la mi-décembre 2019, les réserves utilisables devraient diminuer à environ 23 milliards de dollars fin 2019. Notre définition des réserves utilisables exclut les éléments non liquides et difficilement disponibles à des fins de balance des paiements, tels que les réserves requises sur les dépôts de change résidents. De plus, pour les souverains comme le Liban qui ont adopté une parité fixe de longue date avec une autre devise, nous déduisons la base monétaire des réserves utilisables. Les réserves nettes de change du Liban après avoir exclu les engagements de change nationaux envers les banques sont en territoire négatif (voir «FAQ sur le crédit: le Liban a-t-il des réserves de devises suffisantes?», Publié le 4 septembre 2019). Bien que la position nette de change de BdL soit nettement plus faible que ses réserves brutes, nous notons que ces passifs prennent principalement la forme de dépôts à long terme en dollars américains et de certificats de dépôts.

Nous pourrions potentiellement voir une certaine stabilisation si l’appel d’offres extérieur devait offrir un financement immédiat pour endiguer la baisse des réserves et restaurer la confiance des déposants, ou si un nouveau gouvernement rétablissait la stabilité politique et introduisait un ensemble crédible de réformes. Cela dit, aucun des développements susmentionnés ne fait partie de notre scénario de base actuel.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.