C’est avec un certain effroi que la nouvelle de l’attentat qui a eu lieu à Strasbourg – ma ville natale et ou demeurent nombreux de mes amis – est tombée, alors que la ville organise en cette période son fameux marché de Noël, période ou de nombreuses personnes se trouvent dans les rues

À l’heure ou j’écris ces quelques lignes, on dénombrerait 1 morts selon certaines sources, 3 morts selon d’autres, tombés dans la Grande Rue. Le tireur aurait été identifié, peut-être blessé par un militaire en patrouille, il s’agirait d’un Fichier S connu pour s’être radicalisé. La thèse de l’attentat semble se confirmer, de source médiatique.

Le bilan pourrait encore s’alourdir, puisqu’on dénombre de nombreux blessés en urgence absolue. Évidemment, que nos prières s’adressent à eux et aux victimes d’un acte odieux. En dépit de la distance et du temps, je pense toujours à eux, à ses bons moments ou à ces moins bons moments qu’on a passé ensemble, à cette belle amitié qui dure parce que sincère.

Les menaces terroristes sont aujourd’hui globales, il n’y a plus un seul front identifié. La ville de Strasbourg était une cible déjà connue depuis longtemps pour les intégristes et les terroristes parce que c’est une belle ville, une ville de coexistence ou demeurent chrétiens, catholiques, protestants et juifs et dans le temps, quelques franco-libanais dont je faisais parti. Déjà, il y a quelques années, une tentative d’attentat visant la Cathédrale de Strasbourg avait eu lieu du fait de l’organisation Al Qaida et cet attentat avait été heureusement évité.

Si en dépit de ma naissance à Strasbourg, c’est à partir de la 6ème en 1988, jusqu’à mon départ en 1995 que j’ai appris beaucoup de choses. Strasbourg, sur un plan personnel, c’était ma solution de repli face au conflit fratricide qui ravageait le Liban à l’époque, mon endroit de Paix loin de la violence. Que cette violence atteigne mon cocon constitue une plaie à mon Cœur.

Strasbourg, c’est aussi la capitale européenne que les terroristes visent, celles d’une Europe des Peuples unis pour la Paix, un continent qui n’a été en Paix que par la construction et le rapprochement européen.

Strasbourg aussi, en cette saison, c’est la capitale de Noël, celle d’où l’on vient du Monde entier et j’ai été dernièrement bien surpris de voir autant de personnes que je connais au Liban s’y rendre pour y découvrir le fameux Marché de Noël, période qui devrait être celle de la trêve et non du sang qui coule.

Strasbourg, c’est aussi une famille dont les membres, qui en dépit de différents légitimes, de points de vues ou d’intérêts, finissent par dialoguer, par trouver des solutions, par obtenir la Paix.

C’est cela que les terroristes ont voulu viser. Ne leur laissons pas faire.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Article mis à jour:

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.