Sans nul doute, l’image du jour: Une soldate de l’Armée Libanaise déployée face aux troupes israéliennes au niveau de la ligne bleue, ligne de démarcation avec Israël au Sud Liban

La photographie d’une soldate de l’Armée Libanaise a été publiée sur le compte de l’institution militaire du réseau social Instagram.

Accompagnée par des membres de la FINUL, se trouvent face à elle, dans une tranchée, des membres de la Brigade d’élite Golani de l’Armée israélienne. Cette zone située au niveau de la localité de Kroum al Charaki constitue un point litigieux entre les 2 pays.

Mise à jour

L’Armée Libanaise a indiqué que ce déploiement intervient suite au déploiement d’éléments féminins côté Tsahal également.

Il s’agit du premier déploiement public d’éléments féminins sur une zone possible de conflit alors que les femmes avaient intégré l’Armée Libanaise depuis la fin des années 1980 mais restaient jusqu’à présent cantonnées à des tâches administratives.

La gente féminine participait cependant à des entrainements identiques à ce que de leurs collègues masculins.

Ce dimanche, une douzaine éléments armés de Tsahal avaient dépassé la ligne technique au niveau de cette localité avec une excavatrice. Ils avaient alors commencé à creuser une tranchée à proximité immédiate de la Ligne Bleue. Après la mise en alerte des unités de l’Armée Libanaise et de la FINUL, un face à face à eu. L’Armée Israélienne a alors acheminée un char Merkava dont le canon était pointé vers les unités libanaises. Les militaires libanais ont alors également amené une jeep équipée d’un char sans recul de 106 mm pour faire face à cette menace.

De source libanaise, on indique que suite à une médiation de la FINUL, les forces israéliennes ont accepté de retirer des barbelés qu’ils avaient tout juste installés dans une zone disputée entre les 2 pays.

Pour rappel, la tension entre le Liban et Israël s’est fortement accrue suite à la découverte, selon Tel Aviv, de tunnels appartenant au mouvement chiite Hezbollah entre les 2 pays. Le Liban a estimé que ces derniers seraient anciens et inutilisables. Certains, selon Beyrouth, dateraient des années 60, alors que le Sud Liban était sous contrôle de l’OLP de Yasser Arafat.

Lire également

Lien externe: La femme à l’Armée (site officiel de l’Armée Libanaise)

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.