La version arabe du site du Guide de la Révolution Iranienne le Grand Ayatollah Khamenei a publié une photographie non datée d’une rencontre entre ce dernier, le commandant de la force Al Quds du brigadier général des gardiens de la révolution Qassem Soleimani et du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah.

Hier déjà, ce site a publié une interview du leader du Hezbollah, intitulée « Ce qui précipite la chute du régime saoudien, ce sont les actions de ses responsables« . Il a également abordé la question des relations entre le Liban et l’Iran et la situation en Syrie.

Sayyed Hassan Nasrallah aurait indiqué que les autorités saoudiennes auraient proposé des centaines de milliards de dollars et l’arrêt de la guerre civile qui ravage ce pays contre le retrait iranien de Syrie.

Les Saoudiens ont déclaré à Assad: « Nous ne réclamons aucune réforme ni rien d’autre, et nous sommes prêts à payer des centaines de milliards de dollars pour reconstruire la Syrie ». Par conséquent, l’objectif était complètement différent des revendications des nations du printemps arabe. L’objectif était de dépouiller la Syrie de son statut historique, de faire valoir ses droits et de la retirer du mouvement de la Résistance, de préparer le terrain pour l’oblitération de la cause palestinienne, la stabilisation de la position des États-Unis en Irak, et l’isolement et l’encerclement de l’Iran.

Il a également accusé le Président Américain Donald Trump d’avoir reconnu que les Etats Unis auraient créé Daesh

Donald Trump, reconnaît qu’Obama, Clinton et la CIA ont créé le groupe terroriste ISIS et l’ont envoyé en Syrie. L’objectif des terroristes était-il d’établir la démocratie en Syrie et les élections ou avait-il cherché à détruire ce pays? C’est pourquoi nous savions clairement dès le premier jour que l’objectif de la guerre en Syrie n’était pas lié à de telles questions. Le but de cette guerre était de renverser le gouvernement syrien, de détruire l’armée syrienne et de renforcer sa domination sur la Syrie, afin que la Syrie renonce à ses droits et se prépare à la destruction du problème palestinien et à la normalisation des relations avec Israël et l’élimination de toutes les aspirations et de tous les rêves des nations de la région.

Il s’est également interrogé le sort du Liban et des pays de la région si ces organisations auraient obtenu une victoire en Syrie et notamment avec l’acceptation par les pays arabes de l’accord du siècle stipulant l’implantation des palestiniens dans leurs pays d’accueils.

Imaginons un instant qu’ISIS, le Front Al-Nusra et leurs alliés américains soient devenus victorieux en Syrie et aient subjugué ce pays, que serait-il arrivé au Liban, à l’Irak et à l’Iran? Et quel aurait été le destin des nations de la région? Quel aurait été le sort de la Palestine et de Jérusalem? Dans le cas de la victoire des Takfiris, l’accord du siècle aurait été conclu il y a longtemps et il a été promulgué à ce jour. Si aujourd’hui Ben Salman dit aux Palestiniens d’accepter de petites choses qui leur ont été données, qu’adviendrait-il de Qods et de la Palestine? Par conséquent, si nous voulons connaître l’importance de la victoire remportée en Syrie, nous devons inverser la question et poser la question suivante: si nous n’avions pas gagné et si nous avions été vaincus en Syrie, quelle aurait été la situation en Syrie? , Le Liban, la Palestine, l’Irak, l’Iran et toute la région? Lorsque nous répondons à cette question, nous comprenons l’importance de ce que les combattants ont accompli en Syrie et l’importance de leur résistance.

Hassan Nasrallah a également accusé l’Arabie Saoudite d’être à l’origine de nombreux conflits régionaux et notamment la guerre Iran-Irak dans les années 1980, en ayant payé Saddam Hussein à cette époque. Il a souligné que l’hostilité saoudienne envers l’Iran a débuté quand la révolution islamique a commencé à soutenir la cause palestinienne.

C’est un fait bien connu. Ainsi, lorsque la Révolution islamique est devenue victorieuse en Iran et que le régime Pahlavi, l’un des meilleurs amis des États-Unis, s’est effondré, la République islamique a été créée en Iran et a commencé à soutenir la cause palestinienne, les groupes de résistance et les défavorisés de la région. . Dès le premier instant, l’Arabie saoudite a déclaré son hostilité à la République islamique. Bien sûr, l’imam Khomeiny (alias Raha) a offert l’amitié à tous les pays arabes et islamiques dès les premiers jours de la Révolution. Malgré cela, depuis le premier jour, Al Saud a constaté que l’existence de la République islamique d’Iran menaçait les intérêts des États-Unis, d’Israël, des tyrannies et des autocrates, ainsi que des mercenaires de Washington et de Tel Aviv dans la région. Pour cette raison, l’Arabie saoudite est devenue un ennemi de la République islamique.  
Ils disent que, dans la guerre contre l’Iran, ils se sont rangés du côté de Saddam, ils ont payé 200 milliards de dollars pour soutenir Saddam. À cette époque, cependant, le pétrole était bon marché. Je me souviens qu’il y a quelques années, l’un des princes saoudiens, Nayef, avait déclaré que si l’Arabie saoudite avait été en mesure de verser plus d’argent à Saddam, il l’aurait fait. L’Arabie saoudite était donc à l’origine de l’hostilité, de la guerre et du complot contre la République islamique d’Iran.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.