A l’occasion des 20 ans du FIFDH, Festival du film et forum international sur les droits humains qui a eu lieu du 10 au 19 mars 2022, à Genève, Marina El Khawand, fondatrice de l’ONG Medonations au Liban, y était invitée en tant qu’activiste pour l’accès aux médicaments pour les civiles au Liban.

Au Liban, Marina Al-Khawand revendique l’accès aux soins pour ses concitoyens et concitoyennes : « L’accès aux médicaments est un droit humain fondamental. Un médicament ne devrait pas être quelque chose d’inaccessible. Les gens doivent avoir accès aux médicaments gratuitement. C’est aussi simple que ça, gratuitement, sans rien avoir à donner en retour. »

Elle est intervenue dans une discussion sur la nouvelle génération d’activistes, aux côtés de Paxton Smith, Winnie Tushabe et Suyin Haynes. Trois militantes, qui ont entre 18 et 25 ans, de trois continents, devenues des figures des droits humains et qui ont entre elles un autre point commun : leur militantisme n’est plus uniquement chargé d’espoir, mais surtout d’urgence.

Place à la relève, paroles d’activiste, voici le message de Marina El-Kawand, de Genève : https://fifdh.org/forum/paroles-dactivistes


Du cœur de l’obscurité, des cendres et des décombres, le phénix se lève à nouveau et se dresse plus fort qu’il ne l’a jamais été auparavant.

On dit que Beyrouth, la cosmopolite qui abrite plusieurs communautés religieuses et plus de 2,2 millions de personnes, avait été détruite 7 fois auparavant mais s’était toujours relevée et avait été reconstruite par l’amour de ses citoyens, leur coopération et leur unisson.

En effet, l’explosion du 4 août 2020 a détruit le port de Beyrouth et ses alentours, mais elle a rassemblé ses habitants et renforcé leur détermination à faire renaître la ville de ses cendres qui l’ont laissée et ses habitants dévastés.

Amnesty.org rapporte que 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium ont explosé, le jour de ce drame (le 4 août 2020). La douleur et la détresse se sont répandues dans toute la ville. L’explosion a laissé 300 000 personnes sans abri et brisées, plus de 217 vies ont été perdues et environ 7 000 ont été blessées. En plus de cela, l’explosion a causé des destructions massives et endommagé des bâtiments jusqu’à 20 km.

L’explosion du port de Beyrouth, accompagnée de la crise économique et de l’effondrement de la monnaie nationale libanaise – tous deux résultant de la corruption qui contrôle le Liban depuis trente ans – a été une autre cause qui a augmenté la famine, réduit l’hygiène, propagé des maladies, conduisant à des transitions démographiques.

Malgré la destruction et les dégâts causés par l’explosion, la gentillesse et l’amour parmi les civils étaient plus grands que l’obscurité de n’importe quel paysage. Ce qui était extraordinaire, c’est le nombre d’initiatives formées et l’aide humanitaire qui s’est mise en place pour le bien de Beyrouth, la ville qui ne meurt jamais.

Les citoyens, de tout âge, ont tous uni leurs efforts et sont descendus dans les rues détruites de Beyrouth pour porter secours aux personnes affligées. Alors que le gouvernement était inexistant et essayait toujours de comprendre ce qui s’était passé et sur qui rejeter la faute en faisant obstruction à la justice et en dissimulant la vérité, les citoyens libanais se sont tenus main dans la main et se sont entraidés tout seuls.

Ce qui était encore plus sincère, c’est que l’aide ne venait pas seulement de l’intérieur du Liban, mais aussi de l’extérieur, une aide internationale s’est mise en place. Un soutien externe a été fourni par des expatriés, des étrangers et tous ceux qui ont ressenti le besoin d’aider à réduire cette crise humanitaire.

À cette époque, le Liban souffrait d’un effondrement de l’économie et la plupart des gens avaient perdu leur subsistance financière qui avait été volée par les banques. La majorité des ONG présentes sur le terrain s’étaient uniquement concentrées sur la fourniture de nourriture et d’abris, négligeant leurs autres éléments essentiels, de l’intervention médicale urgente aux fournitures médicales.

De plus, certains des fonds distribués par d’autres organisations à but non lucratif, qui sont principalement financées par le gouvernement, soutenus par des partis politiques et gérés par des proches parents de fonctionnaires, ont été distribués sur la base du népotisme. En plus de cela, et avec l’avancée de la crise économique et la flambée des prix, les gens étaient incapables de se payer et de trouver les médicaments nécessaires en raison de leurs prix déraisonnablement élevés et de leur monopole.

Croyant en l’importance des droits de l’homme et donnant à chaque être humain son droit, je ne pouvais pas rester immobile face à l’oppression et à ce crime cruel contre l’humanité. Mon amour et mon dévouement à ma nation m’ont poussée à lancer spontanément une initiative individuelle pour soutenir mon peuple tourmenté en réponse à cet appel urgent, car la constitution des droits de l’homme n’était pas là pour être prêchée mais appliquée et vécue.

Ainsi, nous avons préféré agir en silence en laissant parler plus fort nos actions, car le droit à des médicaments et à des soins de santé adéquats ne doit pas être une exigence mais un devoir accordé à tous de manière égale sans discrimination.

En septembre 2021, cette initiative spontanée s’est transformée en une ONG officiellement enregistrée, sous le nom de “Medonations”.

Son objectif principal était de fournir une assistance médicale à toutes les familles à travers le Liban, en particulier celles touchées par l’explosion, qui a commencé à la suite d’une pénurie sans précédent dans l’approvisionnement en médicaments, des médicaments en vente libre aux médicaments chroniques.

Avec le soutien de certains membres de la famille et d’amis, l’équipe s’est levée pour enquêter sur le nombre de personnes et de familles dévastées et dresser un tableau de leurs besoins pour s’assurer que chaque personne touchée était prise en charge. Nous avons rendu visite à des familles à Beyrouth et avons eu la chance d’entendre les histoires qu’elles ont pu nous raconter sur leur histoire, leur famille et leur guerre de survie, en plus de leurs besoins médicaux actuels.

Sous le nom de Medonations, une campagne électronique a été lancée sur plusieurs plateformes de médias sociaux, comme Instagram, Facebook, Twitter et LinkedIn, dans l’espoir de recevoir des fonds et le soutien du personnel national et international.

Quelques jours plus tard, nous avons été fascinés par la rapidité du soutien que nous avons reçu en très peu de temps.
Ce qui avait attiré le soutien continu de personnes bienveillantes et d’organisations caritatives, c’était la crédibilité et la transparence avec lesquelles l’équipe travaillait.

Tout ce que nous faisions était documenté et mis dans une base de données accessible à toute personne intéressée à faire un don. Le soutien externe a joué un rôle majeur dans la croissance de Medonations, car la communauté libanaise du monde entier a été un soutien énorme depuis le début de la crise jusqu’à nos jours.

La campagne de dons a été un succès. Nous en avons reçu littéralement de partout. Les organisateurs de Med Drive, comme Josiane Najjar, Jinane Milelli et Corine Riondet de France, ont envoyé plus de 2 tonnes de médicaments par valises via des compagnies aériennes internationales qui ont été transportées par plusieurs expatriés se rendant au Liban.

Un an après l’explosion destructrice, nous avons lancé notre première collecte de médicaments à Boston aux États-Unis, dirigée par la pharmacienne libano-américaine Nicole Samaha et le Dr Rachid Akiki. Cette campagne de collecte de médicaments s’est étendue pour atteindre différentes régions des États-Unis, comme Cal, W.DC. Philadelphie, Cleveland et NY, ce qui a encouragé davantage d’individus, de médecins et d’ONG internationales à nous fournir un soutien et des contributions médicales plus larges.

Le premier Med drive international a été un succès et a conduit à 32 autres Med drives internationaux qui ont été lancés dans 32 pays différents (de la région MENA, Asie, Europe, Amérique, Afrique).

La Suisse faisait partie des pays donateurs qui ont défendu le Liban et se sont précipités à l’aide, comme Milene Duffour, Leane Stephanie Salzmann, Sublet Aude, Daros Fabio et Joel Flacher. Un soutien supplémentaire a été fourni par “Prisma Magazine” qui a publié plusieurs articles sur notre mission et notre vision, ce qui a contribué à élargir la zone de nos supporters internationaux.

De ces Med drives conduits par Marcel Taha et le Dr. Andreia Castro du Portugal, nous avons reçu environ 300 kg d’aide médicale ; du Maroc, par Amal Moukarzel, nous avons reçu 2 bagages.

Un des plus gros dons, de France, de Paris, par Jinane Milelli et Josianne Najjar, 2 tonnes de médicament

Le Qatar, par l’influenceuse libanaise Rita Dahdah Fawaz avec Lulu Mohamad, Farah Ibrahim et Areej Mohammed, a envoyé environ 1,5 tonne et Les Émirats arabes unis, par Nada Alami, environ 300 kg. De Londres, par Nora Habbal et Nadine Mallas, environ 600 kg.

Les Libanais vivant à Bahreïn et Khobar ont adopté 9 familles depuis l’explosion jusqu’à maintenant couvrant tous leurs besoins. Ils ont lancé une collecte de médicaments, menée par Rana Abdel Samad, Manal Alam, Angy Karoum, Sabine Sakr et Suzy Ibrahim. et ont envoyé environ 400 kg de dons.

Au Koweït, Asseel Dreegia a fait don d’environ 700 kg de médicaments et de préparations pour nourrissons.

Du Nigéria, Rosy Diwan a envoyé 2 envois de médicaments, de lait maternisé et de couches. Nous avons reçu 1 bagage de la Côte d’Ivoire, Tunisie, Estonie, Italie, Canada, Algérie, Oman, Turquie, Espagne, Belgique, Arménie, Pakistan, Danemark, Chypre, Irak, Allemagne et Grèce.

De plus, Gabriella Elio de Suède a envoyé un bagage complet de médicaments chroniques nécessaires et Karma Abdel aziz a envoyé environ 4 bagages d’Egypte et enfin d’Amman l’initiative Humanity United us by Nelly Awad a envoyé environ 5 bagages.

L’aide internationale et locale s’est traduite en un an et demi par l’assistance et la fourniture des besoins de base, sans distinction de sexe, de race et de croyance religieuse, pour plus de 10 500 familles dans tout le Liban, couvrant jusqu’à 50 nouveaux appareils et rénovations mineures de la maison pour familles touchées par l’explosion, et une assistance médicale, des traitements et des interventions chirurgicales à environ 90 patients.

Et en réponse à la nouvelle urgence Covid-19, nous avons acheté 7 machines à oxygène pour les patients covid grâce à notre campagne « Nafas Beirut », qui nous a permis de sauver 41 vies jusqu’à aujourd’hui. En plus de cela, 126 tests rapides ont été effectués, 1130 fournitures médicales ont été couvertes et 6000 masques médicaux et désinfectants pour les mains ont été distribués.

De plus, en réponse à la crise de pénurie de préparations pour nourrissons et aux prix exorbitants des couches, nous avons distribué jusqu’à 2337 paquets de lait et 1403 paquets de couches aux nourrissons de 0 à 2 ans. Et pour maintenir un niveau sanitaire adéquat parmi les plus démunis et lutter contre la pauvreté en période, 510 kits d’hygiène et 3255 serviettes hygiéniques ont été distribués.

1152 plats cuisinés et 355 colis alimentaires ont été distribués en collaboration avec une initiative libanaise appelée « beautiful people » pour lutter contre la faim. Enfin, pour éviter le sans-abrisme et l’analphabétisme, 24 frais de logements et locations ont été couverts, plus de 100 ordinateurs portables remis à neuf ont été fournis aux élèves les plus nécessiteux et 4 frais de scolarité ont été payés.

Malgré toutes nos réalisations, rien ne vient sur un plateau d’argent. Nous avons été confrontés à plusieurs défis et obstacles que nous avons dû surmonter – et je suppose que c’est le cas de la plupart des jeunes militants.

Pour commencer, fonder une ONG initiée par les jeunes qui vise à travailler dans la transparence et l’équité indépendamment des différences sociales a été difficile. Ce qui était encore plus difficile, c’était le manque de fonds nécessaires, en particulier en l’absence de soutien gouvernemental et non gouvernemental.

Un autre défi qui a été surmonté est lié à notre genre. Au début mon équipe et moi étions toutes des femmes ce qui en a fait saper nos capacités, prétendant que nous sommes incompétentes pour atteindre les résultats souhaités. Le manque d’infrastructures adéquates, en l’absence d’un système de transport élaboré et d’électricité, a rendu les déplacements pour acquérir les dons reçus une tâche laborieuse. Pour couronner le tout, ce qui était plus choquant que difficile, ce sont les complications auxquelles nous avons été confrontés à l’aéroport, à des difficultés avec les douanes et le vol de certains des dons qui arrivaient par le biais d’un envoi.

Être un rêveur par nature, avoir des aspirations futures est ce qui me permet de continuer. Il y a divers projets sociaux que j’aimerais accomplir dans un avenir proche, dont je suis très sûr de la nécessité et des avantages pour la société dans son ensemble : fonder un centre éducatif qui offre aux moins fortunés une éducation gratuite, qu’elle soit ordinaire ou professionnelle, est l’un de mes plus grands objectifs. Un tel centre fournira une éducation aux étudiants pauvres qui ont des difficultés à s’inscrire dans un établissement d’enseignement en raison de leurs conditions socio-économiques critiques.

Un autre objectif que j’ai hâte d’atteindre est d’ouvrir 2 types de cliniques : une, fixe et une, mobile. La clinique fixe accueillera des personnes de statut socio-économique défavorisé et leur fournira les soins de santé qui leur reviennent qui devraient initialement être pris en charge par le gouvernement. Quant à la clinique mobile, elle servira le même objectif mais se déplacera dans des zones rurales qui sont négligées par les responsables gouvernementaux et dépourvues de tout plan de développement durable.

Ce qui me laisse encore espérer, c’est l’étincelle que je vois dans les yeux des personnes que nous avons pu soutenir. Donner est l’un des meilleurs investissements que vous puissiez faire pour atteindre un véritable bonheur. Le vrai don vient du cœur, sans attente de réciprocité. Avoir foi en nos actions, l’impact que nous créons et la marque que nous laissons seront profondément enracinés dans la société et ouvriront la voie à un avenir meilleur.

Aujourd’hui, si vous me demandez comment la communauté internationale pourraient encore soutenir le Liban et aider de jeunes militants, comme moi, la réponse est très simple mais difficile à appliquer.

La communauté internationale est invitée à aider le Liban à mettre fin à la corruption en pénalisant les corrompus, à restituer l’argent volé et les économies détournées des Libanais, et à soutenir de véritables ONG qui travaillent avec une vision claire et transparente, en particulier celles développées par les personnes pleines d’espoir, ambitieuses et dignes de confiance, jeunes comme les fondateurs de Medonations. Les médias internationaux pourraient présenter la crise au Liban et aider à diffuser les aspirations des Libanais à un avenir meilleur, où les droits de l’homme sont protégés loin de la corruption et du favoritisme.

De plus en plus de vies libanaises, chaque jour qui passe, sont mises en danger en raison de la pénurie de médicaments, de l’absence de sécurité sociale et d’accès à un système de santé adéquat fourni par le gouvernement, et de la chute de l’économie.

C’est pourquoi, plus que jamais, nous avons besoin de votre aide pour faire face à cette crise. Que vous ayez une pilule de rechange ou plusieurs boîtes ; que vous soyez au Liban ou à l’étranger, vos dons font la différence. Faites un don et faites partie de cette initiative en répandant l’espoir et en restaurant la foi en l’humanité.

Alors maintenant, pendant cette crise médicale sans précédent, NOUS et VOUS pouvons être des créateurs d’espoir, des acteurs du changement et des sauveteurs.

La jeunesse libanaise d’aujourd’hui, malgré tous les obstacles qui se dressent sur son chemin, est unie et solidaire contre le gouvernement corrompu. Le Liban est beau et rien ne le rend plus beau que son peuple, bien connu pour son amour, sa compassion, sa résilience, sa force, son espoir et sa foi. Nous voulons que le monde sache que nous sommes prêts à reconstruire Beyrouth encore et encore s’il le faut et à nous soutenir les uns les autres jusqu’au dernier souffle.

Cependant, les choses se compliquent de jour en jour ici au Liban, et nous ne pourrons pas endurer et continuer à répandre l’espoir et à sauver des vies sans votre soutien et votre aide.

Marina El Khawand

https://www.instagram.com/medonations/?hl=fr

https://www.facebook.com/medonations/

https://lb.linkedin.com/in/marina-el-khawand-6b66231b1

Twitter : @MedonationsLb

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.