Le ministre de la culture Mohammed Mortada, membre du mouvement Amal, s’en est vivement pris au gouverneur de la Banque du Liban en raison des risques de pénurie de blé, de farine et de médicaments lors de la session du gouvernement qui s’est déroulée ce mercredi 6 avril.

Il estime ainsi que le gouverneur de la Banque du Liban agit “comme si le gouvernement n’existe pas, il n’applique pas les directives ni ne répond aux questions du gouvernement”.

Cette information intervient alors que des sources proches du gouvernement accusent le gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé, confronté à une inculpation pour détournement de fonds non seulement au Liban mais aussi dans différents pays européens, de vouloir obliger le premier ministre Najib Mikati à lui accorder une immunité par rapport aux faits qui lui sont reprochés, jusqu’à refuser de débloquer les fonds nécessaires à l’achat de blé ou encore de certains médicaments.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.