Plusieurs établissements bancaires de la capitale, Beyrouth, ont vu leurs devantures et leurs distributeurs de billets être vandalisés durant la nuit avec de la peinture rouge.

Par ailleurs, des slogans “rendez nous l’argent” ont également été écrits sur leurs vitrines.

Cette information intervient au 52ème jour des manifestations qui ont débuté depuis la nuit du 17 octobre au 18 octobre. Les protestataires dénoncent une classe politique qu’ils accusent d’être corrompus et d’avoir mené le Liban à la quasi-faillite financière. Les banques sont également accusées d’avoir profité de l’endettement public en raison de taux d’intérêts élevés et qui atteint désormais plus de 154% du PIB.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.