Le dirigeant du CPL, le général Michel Aoun a indiqué au cours d’une interview diffusée par les chaines Al Manar, NewTv et OTV que la majorité sera obligée de négocier avec l’opposition pour que l’élection présidentielle puisse avoir lieu. Rappelant qu’il est le négociateur de l’opposition, il appelle la majorité parlementaire à entamer des discussions pour la signature d’un accord politique.

« Personne ne peut rien décider en dehors des paramètres des documents. S’il n’y a aucune négociation ici (à Rabieh) il n’y aura pas d’élection au parlement », déclare-t-il et d’ajouter s’attendre à un report du scrutin présidentiel jusqu’au mois de Mars, rendant responsable la majorité des reports successifs.

Il indique que la majorité parlementaire a refusé de discuter avec lui après ne pas avoir réussi à le faire chanter, avant d’accuser le dirigeant du mouvement du Futur, le député Saad Hariri de créer des obstacles à l’élection du général Michel Souleiman à la présidence de la république.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.