Trois jours après avoir annoncé la fin des subventions accordées aux carburants provoquant ainsi une importante pénurie sur le marché local affectant notamment le secteur hospitalier, le gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé pourrait annoncer la fin du programme de subvention aux médicaments, indiquent certaines sources.

Ce vendredi déjà, le ministre de la Santé sortant Hamad Hassan a signé un décret augmentant le prix des médicaments non subventionnés à 65% du taux de change sur les marchés libanais, “après que la Banque centrale a annoncé qu’elle n’était pas en mesure de continuer à subventionner tous les médicaments”.

1 500 médicaments sont ainsi facturés à hauteur d’une parité de 12 000 LL/USD et 408 références à hauteur de 4 800 LL/USD. Seuls les médicaments pour les maladies chroniques, incurables et neurologiques restent subventionné.

Cependant, les importateurs de médicaments estiment que cette décision ne résout pas la problématique du financement des médicaments et souhaitent que les prix soient alignés sur la parité du marché noir.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : English العربية Deutsch Italiano Español Հայերեն