Moins d'une minute de lecture

Alors que la livre libanaise s’est effondrée aujourd’hui à son plus bas historique depuis les années 1990, de nombreuses routes sont fermées ce soir par les manifestants.

Il s’agit notamment du cas de Saïfi qui a été ensuite rouverte au trafic routier ou de la route de la cité sportive à Beyrouth, de Taalabaya et de Jdita dans la Békaa et de Tripoli Al Mina, Minieh et de Beddawi dans le nord. 2 blessés sont à déplorer à Tripoli suite à l’intervention de l’Armée Libanaise qui a dû faire usage de gaz lacrymogènes.

À Jounieh, un rassemblement a lieu à Adonis- Zouk Mosbeh

Au sud de la capitale, le trafic est interrompu au niveau de Jiyeh.

Les manifestants dénoncent la détérioration de la situation économique qui continue à se détériorer, ou encore le transfert d’importantes sommes à l’étranger. Aussi, le possible paiement des obligations libanaises est dans le viseur des manifestants qui entendent à ce que les autorités libanaises refusent de les honorer.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.