Le nom du studio d’architecture serait justifié non seulement parce qu’il est l’autre Dada – son père est architecte  – mais aussi parce qu’il est autre. Dans son approche, par rapport à ce qui se pratique actuellement dans le pays. Adib Dada prend les devants, se mouille ; il prend parti et si ça ne marche pas du premier coup, il continue autrement parce qu’il a choisi de se caler sur le rythme de la biologie – son dada –  qui est celui de la nature, mouvante, puissante et qui fait bien les choses.

The Other Dada est un laboratoire d’architecture intégrée. Les projets sont conçus dans une globalité, c’est-à-dire dans leur impact social et environnemental, puisant  pour ce faire, dans les principes du «bio-mimétisme» cher au jeune architecte, formé  à cette discipline à  l’Institute of Biomimicry aux débuts de celui-ci en 2009-2010 – en sus de son master en Design et Technologie de et de son diplôme en architecture à  l’AUB. Le bio mimétisme consiste à s’inspirer de la nature et des systèmes vivants pour proposer des solutions innovantes et durables. Le principe de base est que «toute compétition dans la nature ne perdure pas » explique Dada mais que  «la vie crée des conditions favorables à la vie ». La question qui meut son travail est comment les designers, architectes peuvent-ils créer des conditions qui favorisent le vivant ?

Dans cet esprit, Beirut River 2.0 dont le nom a évolué en Beirut RiverLESS, est le premier projet pilote d’envergure – dans lequel le studio s’est engagé pro bono – et dont les résultats ont été exposés lors de la Beirut Design Week 2016. L’ idée maitresse est de ramener la Rivière de Beyrouth à la vie, avec tout ce que cela a comme impact sur l’écosystème et l’environnement autour.

Lire la suite dans

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Article mis à jour:

Article précédentDe l’opinion courante, par Céline Armache. (Koa art)
Article suivantGénérateurs : Le ministère de l’économie publie un guide de bonne conduite
Avatar
Consultante et journaliste, avec une prédilection pour l’économie créative et digitale, l’entrepreneuriat social, le développement durable, l’innovation scientifique et écologique, l’édition, les medias et la communication, le patrimoine, l’art et la culture. Economiste de formation, IEP Paris ; anciennement banquière d’affaires (fusions et acquisitions, Paris, Beyrouth), son activité de consulting est surtout orientée à faire le lien entre l’idée et sa réalisation, le créatif et le socio-économique; l’Est et l’Ouest. Animée par l’humain, la curiosité du monde. Habitée par l’écriture, la littérature, la créativité et la nature. Le Liban, tout ce qui y brasse et inspire, irrigue ses écrits. Ses rubriques de Bloggeur dans l’Agenda Culturel et dans Mondoblog-RFI ainsi que ses contributions dans différentes publications - l’Orient le Jour, l’Officiel Levant, l’Orient Littéraire, Papers of Dialogue, World Environment, etc - et ses textes plus littéraires et intimistes disent le pays sous une forme ou une autre. Son texte La Vierge Noire de Montserrat a été primé au concours de nouvelles du Forum Femmes Méditerranée.

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.