Accueil A la Une Hariri: seule une solution régionale peut désarmer le Hezbollah

Hariri: seule une solution régionale peut désarmer le Hezbollah

0
299
Saad Hariri

S’exprimant dans les colonnes du magazine saoudien Arrajol, le Premier Ministre Libanais a indiqué qu’il n’existe pas de solution locale pour désarmer le Hezbollah et que seule « une solution régionale » pourrait y arriver.

Le Hezbollah n’a aucun moyen de faire marcher le pays et sa force dépend des armes financées par l’Iran

Saad Hariri

Cette déclaration du Premier Ministre fait écho aux propos du Président de la République Michel Aoun, qui avait lié l’existence de l’armement du mouvement chiite aux problèmes régionaux et notamment au conflit civil syrien et au conflit israélo-arabe et intervient alors qu’un haut responsable iranien, le chef des pasdaran (gardiens de la révolution en Iran), Mohammad Ali Jaafar, avait estimé que les armes du Hezbollah – décrivent comme défensives – ne sont pas négociables et  sert à contrer d’éventuelles attaques contre le Liban

Il y a deux raisons pour lesquelles l’armée n’est pas la seule qui dispose d’armes à l’intérieur. Une raison interne est liée au manque d’armes et au déficit financier. (…)e Liban est jusqu’à ce jour dans l’incapacité de récupérer l’ensemble de ses territoires occupés ni de trouver une issue au problème des réfugiés palestiniens  bloqué jusqu’à ce jour . Or, c’est le Liban qui a toujours été l’agressé, et Israël l’agresseur

Michel Aoun

Le Hezbollah avait pour sa part récusé les accusations des autorités saoudiennes d’être impliqué dans des attaques notamment au Yémen et dans les pays du Golfe. Son secrétaire général avait nié envoyer des armes vers les pays arabes dans un discours télévisé, le 20 novembre dernier. Il s’était également porté intéressé par un dialogue avec le Premier Ministre Libanais concernant le rôle du mouvement chiite et de ses armes.

Pour rappel, le Premier Ministre libanais avait annoncé sa démission surprise depuis la capitale saoudienne le 4 novembre 2017, après qu’un tir de missile depuis les zones rebelles houthis au Yémen avait touché Riyad. Les autorités libanaises ont accusé l’Arabie Saoudite d’avoir forcé Saad Hariri à démissionner afin de provoquer un conflit entre chiites et sunnites au Liban.

Après de nombreux épisodes plus ou moins rocambolesques, le Premier Ministre est revenu sur sa démission après être revenu au Liban, le 22 novembre 2017, à l’occasion du 74 anniversaire de l’indépendance.