an empty gas station
Photo by sergio souza on Pexels.com

La Banque du Liban ne fournit plus que 55% des devises nécessaires à l’importation des carburants via sa plateforme électronique Sayrafa contre 70% la semaine dernière et 85% précédemment, demandant par conséquent aux compagnies importatrices de fournir le solde de ces devises via les marchés parallèles.

Cette décision de la Banque du Liban qui était quelque peu attendue en raison de la diminution des réserves monétaires qui s’épuisent. Cependant l’effet immédiat de cette décision de la Banque du Liban a surpris notamment les autorités libanaises et les importateurs de produits pétroliers.

Alors que le ministère de l’énergie a publié ce lundi une grille tarifaire prenant en compte la dégradation de la parité de la livre libanaise, celle-ci ne tient pas encore compte du nouveau pourcentage de devises fournies via la plateforme électronique Sayrafa de la BdL.

Certains importateurs ont réagi en ne fournissant pas les chaines de stations essence portant leurs noms, provoquant une panique auprès des automobilistes qui se sont empressés devant les stations essence toujours ouvertes.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.