La télévision iranienne a révélé hier que le Général Kassem Soleimani, commandant de la Force Al Qods, une unité d’élite du Corps des Gardiens de la révolution islamique, aurait passé la plupart de son temps au Liban, lors du conflit de juillet 2006 entre le Hezbollah, le Liban et Israël.

Interviewé par la chaine de télévision d’état, le général Soleimani a indiqué être arrivé au Liban, quelques jours après le début du conflit en compagnie d’Imad Moughnieh, commandant du Hezbollah, qui a été tué par la suite, le 12 février2008, à Damas, dans un attentat à la bombe.

Les 2 hommes auraient procédé à l’évacuation du Secrétaire Général du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah de son quartier général situé dans la Banlieue Sud de Beyrouth, alors soumis à d’intenses bombardements israéliens.

Il passera la plupart du conflit au Liban, à l’exception d’une journée où il retournera à Téhéran pour informer l’Ayatollah Ali Khamenei de la situation sur le front libanais et convoiera un message du Secrétaire Général du Hezbollah.

Ces révélations font suite à la publication, la semaine dernière, d’une photographie non datée par un site iranien, de l’Ayatollah Ali Khamenei, en compagnie du général Kassem Soleimani et du secrétaire général du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah.

Pour rappel, le conflit de juillet 2006 a débuté par l’enlèvement de 2 soldats israéliens, le 12 juillet de cette année là par le Hezbollah, qui souhaitait obtenir la libération d’un certain nombre de combattants libanais et palestiniens aux mains des forces israéliennes.
Cet épisode fera plus de 1 200 morts, côté libanais, essentiellement des civils dont 30% d’enfants en raison des représailles disproportionnées israéliennes sur des zones civiles.
Seuls 160 israéliens trouveront la mort, notamment des militaires.
Le conflit s’est achevé avec l’adoption de la résolution 1701 du Conseil de Sécurité de l’ONU qui est sensé garantir la souveraineté libanaise sur l’ensemble de son territoire.
Cependant, l’aviation israélienne continue de violer l’espace aérien libanais, accusant le mouvement chiite du Hezbollah de continuer à s’armer.
Par ailleurs, Israël poursuit l’occupation de certains territoires du Liban, dont les fermes de Chébaa, la partie nord du village de Ghajar, à l’origine situé dans le Golan Syrien ou encore les collines de Kfarchouba. Tel Aviv revendique également une partie de la zone économique exclusive libanaise où se trouveraient, selon certaines études, d’importantes ressources pétrolières et gazières.

Lire également

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.