S’exprimant à l’issue d’une rencontre avec le Patriarche Maronite Béchara Boutros Rahi à l’occasion des célébrations de Pâques, le Président de la République, le Général Michel Aoun, a déclaré espérer que le Liban sortira bientôt “du tunnel noir par lequel il passe et que l’année prochaine sera meilleure”.

Le Président de la République faisait ainsi état du départ du premier ministre désigné Saad Hariri soulignant par ailleurs le rôle du patriarche dans la médiation avec lui afin de faciliter la formation du prochain cabinet.

Le chef de l’état a ainsi estimé que “l’autorité primaire est aux mains des libanais et que les problèmes se multiplient”. “Nous résolvons un problème et un autre apparait”, a-t-il regretté avant d’estimer que la sortie de la crise actuelle ne pourrait avoir lieu que lorsque “le premier ministre désigné revient”

Ce matin, le patriarche maronite Béchara Boutros Rahi avait vivement critiqué la classe politique libanaise en raison de ses différends sur la répartition des parts au sein du gouvernement “alors que la population souffre de faim et des conditions économiques et financières depuis plus d’un an”.

Le chef religieux de la communauté maronite a ainsi appelé à la fin des privilèges sectaires face au droit de la population à se nourrir. “Nous voulons la Paix et non la guerre, la neutralité du Liban est dans l’intérêt de tout le monde”, estimait ainsi le patriarche à l’occasion de son discours de Pâques, avant d’appeler à l’organisation d’une conférence internationale pour éliminer les conflits entre dirigeants libanais.

Il s’en est également vivement pris “à l’autorité dirigeante sans pitié”, décrite par lui distante de la population et qui agirait en fonction des intérêts de puissantes étrangères au dépend de la population.

Ecartant le fait que la Constitution Libanaise soit ambiguë, le chef de l’église maronite a au contraire estimé que celle-ci est la solution face à l’impasse de la formation du gouvernement, un gouvernement qui devrait être composé de “spécialistes non-partisans” et où aucun parti n’obtiendrait un droit de véto.

Le Liban, un pays sans gouvernement alors que la crise économique empire

Un pays sans gouvernement alors que la crise économique le touche de plein fouet

Le Liban est sans gouvernement depuis la démission, le 10 août dernier, du premier ministre sortant Hassan Diab.

La formation d’un nouveau gouvernement est considéré comme une des conditions préalable à la relance des négociations avec le Fonds Monétaire International afin d’obtenir un déblocage de l’aide financière de la communauté internationale face à la crise économique que traverse le Liban. 

Suite à l’échec de Moustafa Adib à former un cabinet, l’ancien premier ministre Saad Hariri, qui avait pourtant démissionné suite à d’importantes manifestations en octobre 2019, s’est vu être chargé de former un nouveau gouvernement en octobre 2020.

Pour tenter de débloquer la situation, l’ancien premier ministre a promis au mouvement Amal d’attribuer le portefeuille du ministère des finances à un membre de la communauté chiite. Il avait également réitéré que le Liban pouvait se passer d’un état de défaut de paiement, déniant ainsi la gravité de la crise économique cependant vécue par la population, avec 55% de celle-ci vivant désormais sous le seuil de pauvreté.

Cependant, les propositions de Saad Hariri d’un cabinet de 18 membres se heurtent à la présidence de la République, qui souligne que si les communautés chiites et sunnites choisissent leurs représentants, les représentants chrétiens au sein du nouveau cabinet seraient également choisis par le premier ministre désigné. Le Général Aoun estime de fait que les propositions actuelles du premier ministre contreviennent à la fois à la constitution libanaise et au pacte national.

Ce dernier accuse de son côté le chef de l’état de souhaiter obtenir un tiers de blocage au sein de son nouveau cabinet.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Avatar
Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.