Les anciens premiers Ministres Saad Hariri, Fouad Saniora, Tamam Salam et Nagib Mikati ont annoncé, dans une déclaration conjointe, leur boycott du sommet de Baabda, à l’origine prévu le 25 juin prochain. Ce boycott des dirigeants sunnites libanais était attendu en dépit des menaces d’un conflit sectaire.

L’annonce a été effectuée par l’ancien Premier Ministre Fouad Saniora à l’issue d’une réunion qui s’est tenue à la maison du Centre, domicile de l’ancien Premier Ministre Saad Hariri. Ils motivent leurs refus comme étant “une objection explicite à l’incapacité de l’Autorité à inventer des solutions qui sauvent le Liban avec toutes ses composantes”.

Aussi, la déclaration indique que les anciens responsables politiques considèrent ce sommet comme “une perte de temps au moment ou le Liban a besoin d’une approche différente” avant de s’en prendre au gouvernement Hassan Diab, accusé “d’une incapacité flagrante pour le pays à être au niveau de défis et d’événements graves, et que ce n’est qu’avec un programme qui trace une feuille de route claire”. 

Le sommet de Baabda, initiative du Président de la République Libanaise, le Général Michel Aoun, vise à réduire les tensions politiques et sectaires qui se sont accrues dernièrement suite aux incidents à caractère communautaire qui se sont déroulés, il y a 2 semaines, à Beyrouth et à Tripoli au Nord du Liban entre communauté sunnite et chiite et entre quartiers d’Ein Remmeneh et de Chiyah.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français