Après les critiques acerbes du plan de sauvetage économique présenté par le gouvernement Hassan Diab par le Président de la chambre de commerce de Beyrouth Nicolas Chammas hier, a eu lieu ce mercredi, une réunion du Conseil économique et social en présence du Ministre de l’Economie Raoul Nehmé.

Etaient également présents, outre le président du Conseil Charles Arbid, son vice-président Saad Eddine Hamidi Saqer, le président de l’Association des commerçants de Beyrouth Nicolas Chammas accompagné par les président des associations des commerçants des régions libanaises et des représentants syndicats.

Charles Arbid a souligné le rôle joué par le conseil économique et social qui coopère avec le ministère de l’économie pour faciliter le redémarrage d’une économie libanaise lourdement handicapée par la crise actuelle. Ce rôle porte notamment sur les souhaits formulés par les partenaires économiques au gouvernement, sur les relations entre banques, Banque du Liban et entreprises pour stimuler l’investissement, les conditions de travail ou sociétales comme les relations entre propriétaires et locataires, travailleurs et patrons mais également les mesures sociales qui peuvent être mises en place face à la crise.

Charles Arbid a indiqué qu’il s’agit donc d’élaborer un document de travail comprenant les propositions des secteurs concernés. Ce rapport sera soumis au Conseil des ministres et vise à pour sécuriser le fonctionnement de l’économie locale. Il avait précédemment souligné que le commerce représente à lui tout seul 70% de l’activité économique du Liban.

Le Président de l’Association des commerçants de Beyrouth Nicolas Chammas a, pour sa part, souligné que cette institution est néanmoins consultative, tout en estimant nécessaire de collaborer pour surmonter la crise actuelle en coopération avec le Ministère de l’économie et du commerce. Il s’agit d’être partenaires, souligne-t-il avant de rappeler ses demandes. Nicolas Chammas demande la fourniture de devises étrangères et la mise en place de quotas en faveur des commerces.

Prenant ensuite la parole, le ministre de l’économie Raoul Nehmé a décrit la réunion comme étant fructueuse et souligné que les points et idées présentées par les partenaires économiques et sociaux permettront à l’état de prendre des mesures pratiques.

Il a également souligné que l’activité commerciale fait partie intégrante du reste des secteurs économiques. Il n’y a pas d’industrie sans commerce ni tourisme sans commerce, puisqu’il s’agit un lien interdépendant et intégré.

Abordant le plan de sauvetage du gouvernement, Raoul Nehmé souligne qu’il s’agit de mettre en place une économie productive et souligné les obligations des commerçants à suggérer les bonnes mesures avant de conclure en estimant nécessaire la coopération pour aider tous les secteurs d’activités impactés par la crise économique actuelle. “Il est nécessaire de mettre les différents politiques de côté pour sortir le pays de la situation qu’il traverse actuellement”.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.