La banque internationale Goldman Sachs a mis en garde contre toute dégradation supplémentaire de l’économie libanaise, estimant que la crise politique induite par l’incident de Qabr Chamoun pourrait nuire à la mise en place du plan de réforme et à l’austérité souhaitée par la communauté internationale dans le cadre de l’aide économique au Liban.

Ce rapport a été publié avant la réconciliation qui a eu lieu entre Parti Démocratique Libanais et Parti Socialiste Progressiste. Cependant, Goldman Sachs a indiqué s’atteindre à une diminution des prévisions du taux de croissance économique qui passerait en 2019, de 2.2% dans son rapport précédent à 1% actuellement.

Le différend politique fait peser des risques importants sur la capacité du gouvernement libanais à mettre en œuvre son programme économique, tant sur le plan fiscal que sur celui de la réforme, selon Goldman Sachs. Par conséquent, Goldman Sachs estime que l’incertitude pourrait miner la confiance dans les perspectives économiques à court terme du Liban et réduire les chances de succès de la dernière série d’ingénierie financière de la Banque du Liban, conçue pour stimuler les entrées de dépôts dans le système bancaire

L’établissement bancaire notre cependant quelques améliorations notamment avec la levée de l’interdiction faite aux ressortissants saoudiens à se rendre au Liban.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire
Entrez votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.