Entrée en vigueur ce 17 juin, la très controversée loi CAESAR a fait l’objet d’une mise au point entre le Ministre des Affaires Étrangères et l’ambassadrice des Etats-Unis au Liban Dorothy Shea.

Cette nouvelle réglementation américaine intitulée Caesar Syria Civilian Protection Act qui menace de sanctions économiques, les entreprises ou les hommes d’affaires en contact avec les autorités syriennes pourrait notamment impacter les entreprises libanaises opérant en Syrie.

Cette réunion intervient alors que les autorités libanaises auraient reçu la garanti que les institutions publiques ne seraient pas visées par des sanctions américaines. Ces sanctions concerneraient les personnes ou les entités accusées de terroriste ou de blanchiment d’argent sale, ont indiqué certaines sources américaines au quotidien koweïtien Al Rai.

Les Etats-Unis poursuivraient ainsi leurs assistances aux autorités libanaises, rappelant que Washington offre une aide annuelle à hauteur de 250 millions de dollars en équipements ou encore donations diverses au Liban.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire
Entrez votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.